IWPR

Les Serbes du Kosovo ne savent plus que faire

| |

En face de la violence, la minorité serbe se demande s’il ne leur faudra pas tous partir. La confusion de la communauté internationale et de la direction serbe locale aggrave le sentiment de désespoir des déplacés serbes et de ceux qui sont encore chez eux.

Par Tanja Matic et Tanja Vujisic Marija, trois ans, court en rond avec ses amies dans la cour du monastère médiéval de Gracanica. C’est ici qu’elle vient de passer les trois derniers jours avec sa mère, après s’être enfuies du village de Slijivovo lors de la dernière vague de violence ethnique au Kosovo. Alors que Marija se trouve avec trente autres enfants d’autres enclaves serbes de Novo Brdo, Bresje et Kisnica - pour la plupart évacuées avec les mères et les grands mères - Suzana, 29 ans, la mère de Marija, se doit de décider si son avenir se trouve en revenant à Sljivovo ou bien en Serbie. « Quand nous nous sommes enfuies en Serbie en 1999, ça ne (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous