Koha Ditore

Kosovo : la fin des illusions

| |

Pour Veton Surroi, les événements violents des derniers jours s’explique par une « politique du vide » doublée d’une accumulation de frustration extrême. « Le Kosovo vivait encore dans l’illusion que cette situation qui dure depuis cinq ans était normale ; aujourd’hui, la violence a brisé cette illusion », estime l’éditeur kosovar.

Par Veton Surroi Ce mercredi 17 mars, alors que je rentrais au Kosovo par l’aéroport de Pristina, je retrouvais une situation radicalement différente que celle que j’avais quittée quelques jours plus tôt. Avant-hier soir, je recevais des nouvelles concernant la mort de trois enfants albanais dans le village de Çabër. Je n’étais pas encore sorti de l’aéroport que j’apprenais que de violentes émeutes avaient éclatées à Mitrovica, Pristina, et un peu partout au Kosovo. Entre l’aéroport et la rédaction du journal à Pristina, je prenais progressivement conscience de l’ampleur des événements. Toutes les cinq minutes, le bilan des morts et des blessés, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous