Réfugiés Balkans | Les dernières infos • Frontex va tripler ses effectifs à la frontière bulgare

| |

La route des Balkans reste toujours l’une des principales voies d’accès l’Union européenne, pour les exilés du Proche et du Moyen Orient, d’Afrique ou d’Asie. Alors que les frontières Schengen se ferment, Frontex se déploie dans les Balkans, devenus un « sas d’accès » de la « forteresse Europe ». Notre fil d’infos en continu.

Cet article est accessible gratuitement pour une durée limitée. Pour accéder aux autres articles du Courrier des Balkans, abonnez-vous !

S'abonner

Frontex va tripler ses effectifs à la frontière bulgare

1er mars - 16h15 : Frontex a annoncé jeudi qu’elle allait tripler le nombre de ses agents à la frontière orientale de la Bulgarie, portant ses effectifs à 600 personnes. L’agence des garde-frontières européens espère ainsi endiguer le flux de migrants transitant depuis la Turquie vers l’Union européenne alors que la Bulgarie s’apprête à rejoindre partiellement l’espace Schengen le 31 mars.

« La Bulgarie est un partenaire très important. Sans la Bulgarie, nous ne pouvons pas protéger nos frontières extérieures », a déclaré le nouveau directeur de Frontex, Hans Leijtens, à l’agence de presse Reuters. Frontex va également déployer des experts en droits humains dans ses nouvelles équipes, après des révélations compromettantes pour les forces de l’ordre bulgares, accusées de traitements dégradants sur les migrants à la frontière entre la Bulgarie et la Turquie.

Douze migrants arrêtés en tentant de passer la Drina entre Serbie et Bosnie-Herzégovine

1er mars - 14h : Dans la soirée du 29 février, la police serbe a empêché le passage clandestin de douze migrants à travers la Drina, faisant frontière avec la Bosnie-Herzégovine, au lieu-dit Donji Borin, près de Mali Zvornik. A cette occasion, un citoyen de Bosnie-Herzégovine a été arrêté, après avoir sauté de la barque qu’il conduisait dans la rivière. Il sera déféré devant le Parquet général de Šabac. Les migrants ont été arrêtés pour séjour illégal en Serbie et tentative de franchir la frontière de l’État en dehors du point de passage désigné.

Des ONG exhortent la Grèce à ne pas extrader un opposant à Erdoğan

1er mars - 7h45 : La Ligue hellénique des droits de l’homme et quatre ONG de défense des droits des réfugiés appellent le gouvernement grec à rejeter la demande d’extradition présentée par Ankara concernant le demandeur d’asile turc Ali Yeşildağ, qui avait accusé le président Recep Tayyip Erdoğan de corruption.

Ali Yeşildağ, a demandé l’asile politique en Grèce en novembre 2023 après avoir été arrêté par la police grecque près de la frontière turque. Cependant, la semaine dernière, la Cour suprême grecque s’est prononcée en faveur de son extradition. Cet homme d’affaires influent a longtemps été un proche partenaire du président turc.

« Six groupes criminels » opéreraient sur la frontière entre Bosnie-Herzégovine et Croatie

29 février - 11h45 : Le ministre croate de l’Intérieur Davor Božinović a effectué une visite sur la frontère avec la Bosnie-Herzégovine, déclarant qu’il n’y avait « aucun citoyen croate parmi les six groupes de passeurs de migrants opérant près de cette frontière », qu’il s’agissait de groupes se trouvant en Bosnie-Herzégovine et composés principalement d’Afghans.

Le ministre de la Sécurité de Bosnie-Herzégovine, Nenad Nešić, a confirmé qu’il existait bien au moins six groupes organisés de ce type. « Il s’agit en fait de nos informations qui ont été partagées avec les médias par la Direction des frontières du MUP de Croatie. Nos agences de sécurité travaillaient déjà sur ce plan. Un certain nombre de personnes ont été arrêtées et un certain nombre d’entre elles seront extradées », a déclaré Nenad Nešić, ajoutant que certaines d’entre elles étaient aussi recherchées par la Serbie.

Le ministre a affirmé que la coopération avec les polices de Croatie et de Serbie était bonne et que les agences de sécurité de Bosnie-Herzégovine travaillaient avec elles pour neutraliser les groupes criminels regroupant des migrants armés.

Naufrage de Pylos : la médiatrice de l’UE dénonce la faible réaction de Frontex

29 février - 9h : Dans un rapport rendu mercredi, la médiatrice européenne Emily O’Reilly regrette que Frontex n’ait pas déclenché un appel d’urgence pour venir en aide aux 750 passagers de l’Adriana, ce bateau de pêche qui a fait naufrage le 14 juin 2023, causant la mort de plus de 500 exilés, faute d’une opération de sauvetage menée dans les temps.

Selon Emily O’Reilly, les garde-frontières de l’UE auraient dû agir pour aider les passagers en détresse. Pourtant aucun appel Mayday, une procédure internationale d’alerte en cas d’urgence vitale, n’a été émis par Frontex. Et ce, alors qu’un de ses avions de reconnaissance avait survolé la zone et avait vu le bateau en grande difficulté et surchargé. L’agence a seulement signalé le bateau aux autorités grecques. Elle n’accable pas toutefois l’agence, reconnaissant que son avion de surveillance a observé « un bateau très surpeuplé (où) il n’y avait pas de gilets de sauvetage visibles, mais qui se déplaçait à une vitesse constante et sur une route régulière, et semblait être dans un état de navigabilité ».

Serbie : tensions et libertés restreintes dans le centre d’accueil de Pirot

28 février - 16h : Les résidents du camp Četvrti kilometar (« Quatrième kilomètre ») de Pirot (sud-est de la Serbie, non loin de la frontière bulgare) sont privés de leurs libertés fondamentales sur ordre du Commissariat aux réfugiés de Serbie : ils ne peuvent pas sortir du camp et leurs communications avec la population locale sont limitées. Ces mesures arrivent alors que la région connaît d’une part un fort afflux d’exilés en provenance de Bulgarie, mais aussi des relogements de migrants et réfugiés précédemment installés en Voïvodine.

Les prisons slovènes débordent à cause des passeurs

28 février - 9h30 : Les prisons slovènes sont surpeuplées, avec 1808 personnes détenues au 26 février et un taux de remplissage atteignant 139% des capacités - et même plus de 200% à Ljubljana, 171% à Maribor, 165% à Celje. Selon l’administration pénitentiaire, on constate une forte augmentation du nombre de détenus condamnés en vertu d’un article du Code pénal qui criminalise le passage clandestin de personnes à la frontière.

Actuellement, 850 étrangers sont emprisonnés pour cette raison. Jusqu’à présent, l’administration a fait face à la surpopulation en transférant les prisonniers vers des établissements moins surpeuplés, en demandant aux tribunaux le transfert des étrangers condamnés vers leur pays d’origine et en proposant une libération conditionnelle aux prisonniers qui remplissent les conditions. La situation est actuellement si grave que le ministère de la Justice s’est impliqué dans les efforts visant à trouver des solutions, notamment en proposant des modifications de la loi sur l’application des sanctions pénales.

Nombreux sauvetages en mer au large de la Grèce

27 février - 9h : Les autorités grecques affirment avoir secouru des dizaines de migrants dans l’est de la mer Égée ces derniers jours, alors que le nombre d’arrivées sur les îles grecques continue de croître fortement.

Les garde-côtes ont indiqué avoir porté secours dimanche 25 février à 114 migrants à environ 40 milles marins de l’île de Gavdos, au sud de la Crète. Il n’y avait aucune information sur la nationalité des passagers qui ont été emmenés en Crète. Un autre groupe de 85 personnes a été récupéré par un cargo à environ 93 kilomètres au sud de l’île. Le moteur du bateau des migrants serait tombé en panne. Les migrants, dont 35 mineurs, ont été remis aux garde-côtes et emmenés à Kalon Limenon, dans la capitale de l’île, Héraklion. Selon les garde-côtes, les migrants étaient partis de Tobrouk en Libye jeudi 22 février. Ils ont déclaré avoir payé environ 3 700 à 4 600 euros chacun pour un passage sur le canot.

Bulgarie : l’UE et Frontex parfaitement au courant des violentes pratiques de puschback

26 février - 16h20 : Des documents internes montrent que Frontex et la Commission européenne sont bien conscientes du bilan désastreux de la Bulgarie en matière de droits de l’homme à sa frontière avec la Turquie, mais le bras exécutif de l’UE avait d’autres priorités : élargir Schengen.

En août 2022, un rapport a atterri sur le bureau du Bureau des droits fondamentaux (FRO), l’organisme de surveillance interne des droits de l’homme de l’agence Frontex. Rédigé par un officier anonyme de Frontex en poste à la frontière entre la Bulgarie et la Turquie, le rapport raconte une mission entreprise par cet officier de sa propre initiative pour documenter le traitement des migrants et des réfugiés par les agents frontaliers bulgares. Ce rapport, obtenu par BIRN, dresse un tableau accablant.

Les migrants et les réfugiés sont couramment appelés « talibans » et seraient parfois mordus par des chiens policiers ou abattus, selon le rapport. Par contre, les empreintes digitales ne sont pas relevées, il n’y a pas non plus d’enregistrements des réfugiés ni de rapports, bref, « aucune trace de ces interventions ».

La police serbe dément les accusations de mauvais traitements à la frontière avec la Macédoine du Nord

23 février - 15h20 : Plus de 70 migrants ontété battus, volés et déshabillés par la police serbe avant d’être refoulés vers la Macédoine du Nord, selon leurs témoignages accablants et la vidéo diffusée par l’ONG Legis, basée à Skopje. Les autorités frontalières macédoniennes auraient également demandé des explications à celles de Serbie.

Or, la police serbe a démenti toutes ces allégations jeudi 22 février. Le ministère de l’Intérieur assure que des contrôles ont été effectués auprès du centre régional de la police des frontières et qu’il n’y avait à ce moment-là aucune patrouille de police serbe dans cette zone. La police des frontières serbe n’utilise pas de chiens pour surveiller les frontières et n’en possède pas non plus dans ses unités, précise le ministère. Rien n’indique donc que « les événements controversés se sont produits sur le territoire de la Serbie », conclut le communiqué du ministère.

Albanie : le Parlement valide définitivement l’accord avec l’Italie

22 février - 18h30 : Le Parlement albanais a donné ce jeudi l’ultime feu vert à l’accord migratoire avec l’Italie, adoptant en dernière lecture le texte ouvrant la voie à la construction de deux centres d’accueil pour les migrants sauvés dans les eaux italiennes. En vertu de cet accord, l’Albanie pourra accueillir dans ces centres, financés par l’Italie, environ 3000 personnes à la fois. L’un servira à l’enregistrement des demandeurs d’asile, et dans l’autre les migrants seront logés dans l’attente d’une réponse à leur demande.

Bulgarie : conditions abjectes dans le centre d’accueil de Harmanli

22 février - 16h15 : Dix ans après son ouverture, en 2013, le plus grand centre d’accueil de Bulgarie, à Harmanli (sud-est du pays), est un lieu bondé, sordide, et parfois violent. À l’époque, les 1 500 lits du camp étaient considérés comme largement suffisants pour le nombre de demandeurs d’asile traversant la frontière turque.

Une décennie plus tard, les conditions de vie dans le camp sont intolérables, disent ceux qui se trouvent à l’intérieur. « Il n’y a pas d’oreiller, un seul drap, et les lits sont sales, tout comme les salles de bain », raconte un diplômé en littérature anglaise de 27 ans qui a fui la guerre civile qui fait rage en Syrie depuis 2011. « Ils nous donnent deux repas par jour. jour, mais la plupart d’entre nous n’en mangent pas parce que la nourriture est trop mauvaise. »

La préoccupation la plus grave, écrit Iliana Savova du Comité Helsinki bulgare dans la base de données annuelle d’informations sur l’asile du pays publiée en avril 2023, est « la sécurité des demandeurs d’asile hébergés dans le centre », citant la présence de passeurs et de trafiquants de drogue et les travailleuses du sexe qui accèdent au camp « ∞sans aucun contrôle du personnel de sécurité privé ».

En 2023, la Grèce a régularisé 3400 Bangladais

22 février - 14h40 : En 2023, la Grèce a régularisé 3405 migrants bangladais dans le cadre d’un protocole d’accord signé entre Athènes et Dhaka l’année précédente. Des milliers d’autres personnes ayant déposé une demande dans le cadre de ce programme attendent toujours une décision finale.

La Grèce autorisait les Bangladais sans papiers à demander un permis de séjour légal. La période de candidature était du 11 janvier au 31 décembre 2023.Pour être éligibles, les candidats devaient avoir un passeport bangladais valable au moins deux ans, une preuve qu’ils vivaient en Grèce avant le 9 février 2022 et une preuve qu’ils avaient un emploi s’ils voulaient conserver leur statut légal. Ceux qui souhaitaient profiter de cette opportunité devaient d’abord s’inscrire auprès de l’ambassade du Bangladesh à Athènes, avant de postuler en ligne via le site Web du gouvernement grec.

Selon les informations fournies par les autorités grecques, un total de 10 337 Bangladais en situation irrégulière ont demandé une régularisation en 2023 dans le cadre du protocole d’accord. 1009 candidatures ont été annulées pour diverses raisons. Cependant, l’ambassade du Bangladesh à Athènes a informé Infomigrants le 21 février que ceux dont la demande avait été rejetée pouvaient présenter une nouvelle demande, à condition de remplir les conditions spécifiées.

Trois morts et douze blessés dans un accident de voiture dans le sud de la Serbie

21 février - 14h15 : Un accident de voiture survenu à Preševo, dans le sud de la Serbie, près de la frontière avec la Macédoine du Nord, a fait trois morts et douze autres blessés, a annoncé la police serbe mardi 20 février. Les blessés ont été transférés à l’hôpital de Niš, et leur pronostic vital ne serait pas engagé. Six autres survivants ont été examinés à l’hôpital de Vranje puis conduits dans les Centres d’accueil de Bujanovac et de Preševo.

Le conducteur du véhicule, un Serbe de 43 ans, qui conduisait sans permis, a été placé en détention et inculpé pour trafic supposé de migrants.

Croatie : vers des règles beaucoup plus strictes pour les travailleurs étrangers

20 février - 11h50 : Le ministère de l’Intérieur a annoncé que des règles plus strictes allaient être mises en place pour la délivrance des permis de travail aux travailleurs étrangers. Les contrôles porteront principalement sur les employeurs, parfois soupçonnés d’abuser du système. Un ratio sera également introduit entre le nombre d’employés croates et étrangers. Le nombre de permis de travail par entreprise sera également limité, afin de démanteler les réseaux qui importent des travailleurs étrangers en Croatie avant de leur permettre de gagner un autre pays de l’Union européenne.

En 2023, la Croatie a délivré 172 499 permis de travail à des ressortissants étrangers. Beaucoup sont employés dans la construction, l’hôtellerie ou le tourisme, mais certains ne font que transiter par la Croatie.

La Conférence épiscopale italienne condamne l’accord avec l’Albanie

19 février - 14h50 : La Conférence épiscopale italienne a fermement condamné l’accord passé avec l’Albanie sur l’externalisation des procédures de demande d’asile, estimant qu’il s’agissait d’un « gaspillage d’argent » et « la preuve de l’incapacité du gouvernement à gérer cette question ».

« Le Sénat a approuvé l’accord Albanie-Italie pour la détention des migrants secourus en mer par les garde-côtes, alors que 673 millions d’euros sont partis en fumée en dix ans en raison de l’incapacité de construire un système d’accueil généralisé dans notre pays, qui se classe 16ème en Europe pour l’accueil des demandeurs d’asile par rapport au nombre d’habitants », a déclaré Mgr Gian Carlo Perego, président de la Commission pour les migrations et les migrants de la Conférence épiscopale.

Les migrants renvoyés de Serbie en Macédoine du Nord affirment avoir été torturés par la police

18 février - 18h30 : La cinquantaine de migrants renvoyés dénudés de Serbie en Macédoine du Nord le 10 février témoignent des mauvais traitements infligés par la police serbe : passages à tabac, saisies de téléphones et d’argent, puis mise à nu.

« Plus de 50 personnes réparties en petits groupes ont été interceptées. Ce n’était pas un incident isolé, car cela s’est produit en trois jours », explique Jasmin Redžepi de l’association Legis de Macédoine du Nord. Les migrants auraient été torturés dans un poste de police situé dans la zone frontalière. « Nous attendons bientôt un rapport sur les blessures, mais les témoignages que nous avons recueilli, les gens ont été battus aec des barres de métal, des ceintures de pantalons, des kalachnikovs, c’est-à-dire qu’ils ont été frappés à coups de crosse, des chiens ont été lâchés sur eux », explique Nikola Kovačević, avocat spécialisé en droits de la personne.

L’ancien patron de Frontex, candidat du Rassemblement national aux Européennes

18 février - 14h25 : L’ancien patron de Frontex Fabrice Leggeri figurera en troisième place sur la liste d’extrême droite conduite par Jordan Bardella aux élections européennes de juin. Il avait dirigé l’agence européenne Frontex de 2015 à 2022, quand il a été poussé à la démission par un rapport lui reprochant, entre autres, de «  ne pas avoir respecté les procédures, de s’être démontré déloyal vis-à-vis de l’Union européenne » mais aussi d’être responsable d’un « mauvais management personnel ». Au cours de son mandat, Fabrice Leggeri a toléré voire encouragé les refoulements extralégaux, notamment en Grèce, et d’autres pratiques violentes à l’égard des migrants et des réfugiés.

La Roumanie a accordé 42 000 visas à des travailleurs asiatiques en 2023

17 février - 9h55 : En 2023, la Roumanie a accordé 42 000 visas de travail, à des ressortissants sud-asiatiques, principalement originaires du Sri-Lanka (11 429), du Bengladesh (11 138) et du Népal (9715). En juin 2023, le gouvernement roumain avait déclaré que l’’économie aurait besoin « d’au moins un demi-million de travailleurs étrangers » pour continuer à fonctionner. Mais tellement de personnes ont postulé pour travailler dans ce pays que les autorités ont admis qu’elles avaient du mal à traiter toutes les demandes à temps.

Toutefois, toutes les personnes ayant reçu un visa pour travailler en Roumanie ne semblent pas rester dans le pays, mais l’utilise comme étape avant de gagner un pays occidental. Il existe un écart notable entre le nombre de titulaires de visa et le nombre réel de résidents légaux dans le pays.

Malgré les possibilités d’obtenir un visa de travai, les autorités roumaines affirment avoir arrêté des individus originaires du Bangladesh, du Népal et d’autres nationalités qui tentaient de franchir irrégulièrement la frontière vers la Hongrie et la Serbie voisines. En 2023, 1222 migrants illégaux de divers pays, dont 397 Bangladais, ont été expulsés de Roumanie.

Le Sénat italien approuve l’accord avec l’Albanie sur l’externalisation des demandes d’asile

16 février - 16h35 : Le Sénat italien a donné jeudi 15 février son accord définitif sur le projet de loi visant à délocaliser une partie des demandes d’asile en Albanie, par 93 voix contre 61. Le texte, qui prévoit d’envoyer en Albanie les migrants secourus en Méditerranée par les garde-côtes italiens, avait été approuvé par la Chambre basse du Parlement italien, et doit encore être examiné par le Parlement albanais avant d’être effectif. Il avait été validé le 30 janvier par la Cour constitutionnelle d’Albanie.

Images choquantes de migrants dénudés et refoulés de Serbie en Macédoine du Nord

15 février - 19h15 : L’ONG macédonienne Legis publie une vidéo choquante montrant 70 réfugiés refoulés par la police serbe de Serbie en Macédoine du Nord, après avoir été contraints à se déshabiller.

La CEDH dénonce la maltraitance d’une demandeuse d’asile et de sa fille dans le camp de Samos

15 février - 14h15 : La Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) a ordonné lundi aux autorités grecques de loger d’urgence une femme demandeuse d’asile et son bébé « dans un logement sûr et adapté et de veiller à ce que les deux requérants reçoivent une nourriture, de l’eau, des vêtements et des soins médicaux adéquats ».

La mère et son enfant ont dû partager un lit superposé avec un homme sans lien de parenté et n’avaient pas accès à des soins médicaux. Le bébé n’avait pas reçu de couches en quantité suffisante. Ces conditions de vie ont provoqué la détérioration de la santé mentale de la demandeuse d’asile, assure l’ONG I Have Rights. La famille vit dans le camp « modèle » de Samos, dénoncé par les ONG pour les conditions de vie dramatiques qui y prévalent.

Le Royaume-Uni recrute des influenceurs TikTok pour freiner les migrants albanais

15 février - 8h15 : Le ministère britannique de l’Intérieur projette de rémunérer des influenceurs du réseau social TikTok pour faire des vidéos visant à dissuader les candidats à l’exil de venir au Royaume-Uni. D’après la presse anglaise, un rappeur, des comédiens et des blogueurs lifestyle albanais ont déjà été approchés.

Selon le Times, « un rappeur, deux comédiens, des blogueurs lifestyle, des personnalités de la télévision et un écrivain voyageur » auraient déjà recrutés en Albanie, rémunéré chacun 5000 £. Un budget de 576 500 £ est prévu pour l’opération (environ 675 000 euros).

Grèce : les neufs accusés du naufrage de Pylos clament leur innocence

14 février - 15h30 : Les neufs Égyptiens emprisonnés en Grèce après le dramatique naufrage du chalutier de 750 personnes au large de Pylos en juin 2023 affirment qu’ils n’étaient que des passagers comme les autres. Les accusés risquent des centaines d’années de prison. Selon leurs avocats, cette affaire démontre une nouvelle fois la criminalisation des migrants par les autorités grecques.

La Bosnie-Herzégovine entame ses négociations avec Frontex

12 février - 20h30 : La Bosnie-Herzégovine a entamé ce 12 février ses négociations avec l’agence européenne Frontex. Il s’agit d’une des conditions pour l’ouverture des négociations d’adhésion à l’Union européenne, prévue en mars de cette année.

« L’accord permettra à Frontex de déployer les forces permanentes du corps européen de garde-frontières et de garde-côtes sur le territoire de la Bosnie-Herzégovine, à la demande des autorités compétentes de Bosnie-Herzégovine, afin de soutenir les activités de gestion des frontières », a déclaré la délégation de l’UE. Des représentants de Frontex sont en visite en Bosnie-Herzégovine avec de représentants d’EUROPOL et de l’Agence européenne pour l’asile. La Bosnie-Herzégovine est le seul pays des Balkans occidentaux qui n’a pas encore conclu d’accord avec Frontex.

Grèce : passage à tabac et mise à l’isolement dans les centres d’accueil

12 février - 14h30 : Le Border Violence Management Network (BVMN), qui surveille les violations des droits de l’homme aux frontières de l’Europe, publie un rapport accablant, citant 31 entretiens révélant des allégations de violences physiques, d’isolement et d’humiliation dans des camps fermés, des commissariats de police, des prisons et des centres de détention provisoire. à travers la Grèce.

Les passages à tabac sont déclenchés par des délits mineurs tels que le fait d’avoir établi un contact visuel avec des policiers, de parler en faisant la queue, de tousser ou de négliger la propreté des chambres. « Nous documentons depuis plusieurs années les conditions épouvantables et le recours à la violence physique et psychologique dans les centres de détention grecs. Ces pratiques ne sont pas aléatoires mais se produisent systématiquement dans les centres de détention provisoire, les commissariats de police et même dans les centres de contrôle fermés financés par l’UE », déclare Amanda Filas, interrogée par InfoMigrants.

La Bosnie-Herzégovine manque de policiers sur ses frontières

11 février - 14h15 : Le Corps de coordination pour les questions migratoires en Bosnie-Herzégovine s’est réuni vendredi à Sarajevo. La réunion était présidée par le ministre de la Sécurité de Bosnie-Herzégovine, Nenad Nešić, et l’accent a été mis sur les défis actuels dans ce domaine, notamment du point de vue de la sécurité et sur les mesures à prendre pour gérer plus efficacement les migrations.

Les représentants des agences de sécurité ont à nouveau souligné le manque de policiers pour assurer une protection efficace des frontières et garantir des centres d’accueil temporaires pour les migrants comme l’un des principaux problèmes.

Toujours des pushbacks de mineurs isolés de Croatie vers la Serbie

9 février - 19h15 : Selon les ONG, une quinzaine d’exilés, dont des mineurs isolés, sont refoulés chaque jour de Croatie vers la Serbie, au niveau de Tovarnik, au nord de Šid, en Voïvodine. Le camp de Šid est le seul encore occupé dans le nord de la Serbie, avec environ 65 occupants, dont de nombreux mineurs isolés d’Afghanistan et de Syrie. Les autres sont renvoyés vers des centres d’accueil en Serbie centrale ou méridionale.

La Bosnie-Herzégovine va ouvrir des négociations avec Frontex

8 février - 21h : La Présidence collégiale de Bosnie-Herzégovine a donné son feu vert ce 8 février à l’ouverture de négociations avec l’agence européenne Frontex. La directrice exécutive pour l’Europe du Service européen des Affaires étrangères, Angelina Eichhorst, avait déclaré la veille à Sarajevo que la conclusion d’un accord avec l’agence européenne faisait partir des priorités que la Bosnie-Herzégovine doit remplir d’ici mars, pour permettre l’ouverture des négociations d’adhésion du pays.

La Bosnie-Herzégovine et Frontex ont déjà paraphé un accord en 2018, mais il n’est pas entré en vigueur en raison d’un veto opposé par le membre serbe Milorad Dodik.

Bosnie-Herzégovine : la police perquisitionne le centre de Blažuj

8 février - 7h25 : La police du canton de Sarajevo a lancé une vaste perquisition mercredi soir dans le centre de Blažuj, non loin de la capitale, à la recherche « d’armes illégales, de stupéfiants et d’autres objets qui pourraient être utilisés pour mettre en danger la sécurité des usagers et des employés du Centre ou provenir de la commission d’actes criminels ».

Selon les dernières données de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), 2514 migrants sont hébergés dans les quatre centres d’accueil en Bosnie-Herzégovine, dont 712 dans celui de Blažuj.

Bosnie-Herzégovine : arrestation de neuf trafiquants supposés

6 février - 17h : Neuf personnes suspectées de trafic d’êtres humains ont été arrêtées le 6 février dans plusieurs villes de Bosnie-Herzégovine, dans le cadre de l’opération Zip menée par la SIPA. Les arrestations ont eu lieu adns la région de Gradačac, Srebrenik et Kladanj (nord-est du pays), où des bâtiments commerciaux et résidentiels ainsi que des véhicules ont été fouillés.

Une enquête de plusieurs mois a révélé le passage clandestin d’environ 70 citoyens turcs de la Bosnie-Herzégovine vers la Croatie, puis d’autres pays de l’UE. Cachés dans des camions, ils étaient transportés de Bosnie-Herzégovine en Croatie. L’opération a été menée en coopération avec le ministère de l’Intérieur de Croatie, la police du canton de Tuzla et avec le soutien opérationnel d’Europol.

La Cour de justice de l’UE élargit la protection des demandeuses d’asile

5 février - 20h30 : Pour la première fois, la Cour de justice de l’Union européenne reconnaît dans son arrêt du 16 janvier 2024, les « violences de genre » comme un motif de protection internationale. Les femmes sont désormais considérées, dans leur ensemble, comme un "groupe social" au sens de la Convention de Genève, qui définit les contours du statut de réfugié.

À l’origine de cette avancée : une ressortissante turque d’origine kurde, de confession musulmane. Mariée de force à l’âge de 16 ans, celle-ci raconte avoir subi des violences conjugales. Elle parvient à divorcer, et fuit immédiatement le pays, par crainte que « sa famille ne la tue si elle retourne en Turquie ». Direction la Bulgarie, où elle arrive en 2018 et dépose une demande de protection internationale.

Grèce : baisse des arrivées de demandeurs d’asile en janvier

5 février - 13h25 : Les autorités grecques ont fait état d’une diminution significative des arrivées de demandeurs d’asile au mois de janvier, avec seulement 3795 personnes, soit une baisse de 30% par rapport à décembre. « La pression migratoire s’est atténuée dans la région de l’Evros et, secondairement, dans le sud-est de la mer Égée, alors qu’elle reste forte à Lesbos et à Samos », a indiqué le ministère grec des Migrations et de l’Asile.

Le rapport indique que les jours de mauvaises conditions météorologiques et de vents forts, le nombre de migrants à bord des navires de trafiquants augmente au lieu de diminuer, contrairement à ce qui avait été le cas dans le passé. Cela serait dû aux tactiques utilisées par les trafiquants, qui estiment que « la pluie et le vent rendent difficile la localisation des bateaux par les garde-côtes, et n’hésitent donc pas à mettre encore plus de vies humaines en danger », selon le rapport.

La Serbie vide les camps de Voïvodine

2 février - 21h15 : Plus de 700 personnes ont été transférés des camps de Voïvodine (nord de la Serbie) vers ceux du centre et du sud du pays. En conséquence, beaucoup d’exilés se dirigent à nouveau vers la Bosnie-Herzégovine.

Naufrage de Pylos : Frontex reconnaît que beaucoup de vies auraient pu être sauvées

1er février - 18h : L’ONG Aegean Boat Report a rendu public un rapport de l’agence européenne Frontex, qui reconnaît que « beaucoup de vies auraient pu être sauvées », lors du naufrage de l’Adriana, au large de Pylos, le 14 juin 2023, qui a coûté la vie à au moins 600 personnes.

Le rapport assure que l’agence a suivi les procédures applicable, mais dénonce le peu de réactivité des autorités grecques.

Serbie : la police renforce ses contrôles près des frontières de la Bosnie-Herzégovine

31 janvier - 8h : Le ministère de l’Intérieur de Serbie a annoncé qu’il allait renforcer ses contrôles près des frontières de la Bosnie-Herzégovine. « Un quartier général a été créé à Mali Zvornik qui travaillera pour réprimer la migration irrégulière sur le territoire de Mali Zvornik, Ljubovija, Loznica et Banja Koviljača », a annoncé le MUP le 30 janvier.

Des membres de la gendarmerie, de la police des frontières, de la police de la circulation et de la police de droit commun continueront d’être présents dans ces localités de l’ouest de la Serbie. « Ils procéderont à des contrôles quotidiens sur les déplacements et le séjour des migrants afin de préserver la sécurité de tous les citoyens. » Le MUP avait auparavant formé de tels quartiers généraux à Subotica, près de la Hongrie, à Dimitrovgrad, près de la Bulgarie, et à Preševo, près de la Macédoine du nord.

Grèce : les gardes-côte renvoie onze Palestiniens à la mer près de Chios

30 janvier - 10h20 : Selon le réseau Aegean Boat Report, onze Palestiniens ont été retrouvés samedi à la dérive dans un radeau de sauvetage de fabrication grecque dans les eaux turques près de l’île de Chios, dans l’est de la mer Égée. Le groupe avait été embarqué à bord d’un navire des garde-côtes grecs, sur lequel leurs papiers, objets de valeur et téléphones ont été confisqués, comme le groupe précédent il y a une semaine près de Kastellorizo. Ils ont ensuite été forcés de monter dans un radeau de sauvetage et laissés à la dérive, impuissants, en mer.

Albanie : la Cour constitutionnelle valide l’accord avec l’Italie

29 janvier - 16h40 : La Cour constitutionnelle a validé ce lundi par cinq voix contre quatre l’accord entre l’Albanie et l’Italie qui prévoit l’installation de deux centres d’accueil pour demandeurs d’asile à Shëngjin et à Gjadër, dans le nord de l’Albanie. L’accord, conclu le 6 novembre dernier parf le Premier ministre albanais Edi Rama et son homologue italienne Giorgia Meloni, avait été approuvé jeudi par la Chambre italienne des députés.

651 personnes détenues en Croatie pour trafic de migrants

29 janvier - 14h10 : 651 personnes seraient actuellement détenues dans les prisons croates pour trafic de migrants, selon Večernji list. La police annonce quasi-quotidiennement de nouvelles arrestations, avec une forte concentration des cas aux abords des frontières avec la Bosnie-Herzégovine, de sorte que le tribunal de Karlovac est le plus submergé par des affaires liées au trafic de migrants.. Les passeurs empocheraient en moyenne 2000 euros par personne.

La police identfiie les migrants après leur arrestation, mais ceux-ci demandent généralement l’asile, obtiennent ainsi le droit de rester sept jours en Croatie et dans l’UE et ils profitent généralement de ce délais pour reprendre leur route vers l’ouest.

Par contre, les passeurs arrêtés sont pris dans le système judiciaire croate pendant plusieurs années - en fonction de la peine. Selon les juges, ils sont toujours condamnés à des peines de prison et à de légères amendes. La peine pour cette infraction pénale est de un à huit ans de prison, ou de trois à 12 ans de prison dans le cas d’un délit plus grave, lorsque la sécurité des citoyens est menacée. Les juges affirment que les passeurs sont condamnés à des peines de prison supérieures au minimum légal.

Accord avec l’Italie : la Cour constitutionnelle d’Albanie remet sa décision au 29 janvier

24 janvier - 16h10 : La Cour constitutionnelle d’Albanie a reporté au 29 janvier sa décision sur la requête de 30 députés de l’opposition qui estimennt que l’accord avec l’Italie sur l’accueil des demandeurs d’asile est anticonstitutionnel. La prochaine session de la Cour aura donc lieu lundi 29 à 10h..

Jour J pour le « pacte migratoire » entre l’Albanie et l’Italie

24 janvier - 14h50 : Alors que la Cour constitutionnelle albanaise doit rendre aujourd’hui son avis sur la constitutionnalité de l’accord conclu avec l’Italie, la Chambre des députés d’Italie a validé celui-ci ce mercredi matin. L’opposition dénonce un « coup de force » de Giorgia Meloni en vue des élections européennes du printemps, un accord « inutile », qui violera les règles européennes et les droits des migrants et coûtera 650 millions d’euros aux contribuables italiens.

Budapest expulse en Serbie des migrants renvoyés en Hongrie

24 janvier - 12h : Des migrants renvoyés par avion à Budapest et qui demandent l’asile en Hongrie sont renvoyés vers la Serbie, où la police les dirige vers des camps éloignés de la frontière. Les ONG serbes ont collecté de nouveaux témoignages sur cette pratique.

Turquie : huit corps retrouvés sur les plages de la région d’Antalya

23 janvier - 17h : Selon l’agence de presse Reuters, citant la chaîne de télévision turque Haberturk, les corps d’un adulte et d’un enfant ont été retrouvés mercredi 17 janvier dans les régions de Manavgat et d’Alanya. Trois autres corps ont été retrouvés le lendemain dans la zone et un sixième dimanche. Lundi 22 janvier, deux autres corps ont été découverts sur une plage de la région, portant le total à huit. Certaines agences et sources de presse, dont l’AFP, font même état d’un total de neuf corps.

Les deux derniers corps n’ont pas encore été identifiés, mais les autorités estiment qu’à en juger par le vent, les vagues et la configuration des courants dans la zone, au moins cinq de ces corps pourraient s’être échoués à la suite du naufrage d’un bateau de migrants en décembre.

Croatie : la police arrête une camionnette transportant 32 exilés

23 janvier - 9h45 : L’homme de 31 ans qui avait semé le chaos vendredi en fuyant la police à bord d’un fourgon rempli de migrants illégaux a été placé en prison provisoire. Il s’agit d’un Moldave qui possède également la nationalité roumaine. La police avait repéré et tenté d’arrêter sa camionnette sur l’autoroute, mais le conducteur avait accéléré en direction de Zagreb, où une course-poursuite s’est poursuivie dans les rues de la ville jusqu’à Kustošijanska, où la camionnette a percuté un véhicule de police à l’arrêt.

Le véhicule transportait 32 migrants, qui ont été interrogés par la police. « J’ai quitté Gaza le 18 septembre 2023. Ma destination finale était la Belgique. Je suis arrivé en Turquie en avion depuis l’Egypte, où j’ai payé 3000 euros à un passeur. Je suis arrivé en Grèce en avion, puis nous avons continué en voiture à travers la Macédoine du Nord, la Serbie et la Bosnie-Herzégovine. Un guide, un Afghan, nous a fait traverser la frontière avec la Croatie. Nous avons attendu dans la forêt un autre moyen de transport », a ainsi déclaré un Palestinien, selon le témoignage recueilli par N1.

Grèce : un week-end de naufrages en mer Egée

23 janvier - 7h10 : Au moins quatre personnes sont portées disparues depuis samedi 20 janvier en mer Égée après le naufrage d’un bateau transportant plus de 20 personnes alors qu’il reliait la Turquie à la Grèce. Les garde-côtes et les navires marchands de passage ont également secouru un total de 149 migrants dans le week-end. Ces migrants seraient partis de Tobrouk en Libye vers la Crète, payant entre 1000 et 3500 euros pour leur voyage chez des passeurs. Les garde-côtes grecs ont expliqué avoir été informés samedi après-midi de la présence de migrants en difficulté au large de la petite île de Gavdos, l’île la plus méridionale de la Grèce, non loin de la Crète.

Par ailleurs, un bateau est arrivé samedi en Crète, transportant 32 ressortissants égyptiens, dont quatre mineurs, et dix ressortissants bangladais. Les autorités grecques ont indiqué que les premières informations suggéraient que le bateau avait appareillé jeudi de Libye et espérait rejoindre l’Italie.

Croatie : la désinformation risque de dominer les prochaines élections

22 janvier - 16h30 : Alors que la Croatie doit connaître en 2024 des élections européennes, législatives puis la présidentiele, la désinformation et les récits manipulateurs liés aux migrants pourraient dominer les prochains scrutin, souligne l’Observatoire des médias numériques Adria (ADMO), qui organisait une table-ronde ce lundi à Zagreb.

« Le sujet qui est très important, ce sont les migrants, et je crois que ce sujet, tout comme il a marqué les élections américaines, marquera aussi nos élections. Il s’agit d’un sujet sur lequel seront testées différentes techniques de propagande, variantes manipulatrices et récits en combinaison avec la désinformation », a déclaré Marijana Grbeša, professeur à la Faculté des sciences politiques de Zagreb.Elle estime que ces récits liés aux migrants illégaux feront l’objet de « campagnes de désinformation orchestrées, systématiques et très grossières ». « Malheureusement, les politiciens et les grands médias contribuent à la propagation de la désinformation », souligne-t-elle.

Grèce : nouveau refoulement illégal de Palestiniens

22 janvier - 8h : Les refoulements illégaux et brutaux de Palestiniens fuyant la guerre à Gaza se poursuivent en Grèce, au mépris des vies humaines. Douze Palestiniens ont été retrouvés vendredi à la dérive dans un radeau de sauvetage dans les eaux turques près de l’île grecque de Kastellorizo, en mer Egée.

Le groupe avait été embarqué à bord d’un navire des garde-côtes grecs, sur lequel leurs papiers, objets de valeur et téléphones leur ont été confisqués. Ils ont ensuite été forcés de monter à bord d’un radeau de sauvetage et laissés à la dérive, impuissants, dans l’obscurité.

La Slovénie va ouvrir un camp à sa frontière avec la Croatie

20 janvier - 7h30 : Le gouvernement slovène, invoquant une augmentation du nombre de personnes tentant d’entrer en provenance de la Croatie voisine, a annoncé jeudi 18 janvier, qu’il aller mettre en place des installations de traitement temporaires à la frontière. Les autorités slovènes envisagent d’ériger une clôture ainsi que deux conteneurs d’hébergement, des tentes et des installations sanitaires au poste frontière d’Obrežje, sur l’autoroute entre Ljubljana et Zagreb.

Quand la Croatie a rejoint Schengen début janvier 2023, le poste de contrôle frontalier et les barbelés ont été initialement supprimés, mais depuis lors, divers contrôles aux frontières ont été rétablis. Le 21 octobre 2023, la Slovénie, ainsi que plusieurs de ses voisins, ont annoncé qu’elles ajouteraient temporairement davantage de contrôles aux frontières avec la Croatie en raison de l’arrivée d’un nombre croissant de migrants et d’un niveau de menace perçu comme accru.

Entrées en hausse dans l’UE en 2023, baisse relative de la route des Balkans

19 janvier - 18h40 : L’agence européenne Frontex a enregistré 380 000 entrées irrégulière dans l’UE en 2023, soit une hausse de 17% par rapport à 2022. Avec 99 068 entrées enregistrées, la route des Balkans connaît par contre une baisse significative (-31%), tandis que les passages explosent en Méditerranée orientale, c’est-à-dire entre la Grèce et la Turquie (60 073, soit +55%) et en Méditerranée centrale (157 479, soit +49%).

Serbie : le Commissariat aux réfugiés bloque l’information juridique

19 janvier - 7h50 : Les ONG dénoncent les nouvelles pratiques du Commissariat aux réfugiés de Serbie qui refuse aux réfugiés l’accès aux informations juridiques pertinentes et à l’assistance juridique dans les camps, les laissant remplir eux-mêmes des formulaires de demande d’asile. Ensuite, les réfugiés attendent une réponse du bureau d’asile qui n’arrive jamais, car leur procédure est suspendue sans que les réfugiés n’en soient informés. Ainsi, D.I., du camp d’Obrenovac, a-t-il été expulsé pendant la nuit, après avoir été informé que sa procédure était suspendue et qu’il avait commis un délit.

En 2023, la Roumanie a expulsé 1222 migrants

17 janvier - 15h10 : Les autorités roumaines de l’immigration ont déclaré qu’un total de 1222 personnes originaires de divers pays avaient été renvoyées de force l’année dernière, dont près de 400 ressortissants du Bangladesh.

La Roumanie voit de plus en plus de migrants franchir ses frontières en direction des pays plus riches d’Europe occidentale. Beaucoup empruntent la route des Balkans à travers la Roumanie, dans l’espoir d’entrer en Hongrie et dans la zone Schengen. D’autres arrivent en Roumanie pour travailler, parfois avec des visas valides, mais décident ensuite de tenter leur chance dans des endroits plus riches. En 2024, la Roumanie va partiellement rejoindre l’espace Schengen.

La Grèce condamnée à verser 80 000 euros aux proches d’un Syrien tué par balle en 2014

16 janvier - 23h30 : Dans un arrêt, la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) a condamné mardi Athènes à verser 80 000 euros aux proches d’un Syrien, mortellement touché par balle en 2014. Le migrant se trouvait à bord d’un canot en mer Égée quand les militaires ont ouvert le feu. « Les 13 coups de feu tirés exposaient forcément les passagers de la vedette à un risque », a conclu la CEDH.

Grèce : les garde-côtes secourent 100 migrants en Crète

15 janvier - 18h : Les garde-côtes grecs ont annoncé dimanche 14 janvier avoir récupéré 84 hommes, deux femmes et 31 mineurs à bord d’un bateau de dix mètres de long amarré au large de la pointe sud de la Crète. Trois hommes, âgés de 60, 29 et 44 ans, ont été arrêtés pour avoir facilité l’entrée illégale dans le pays et pour appartenance à un « gang ». Deux des personnes arrêtées étaient en possession de cannabis. L’homme de 44 ans a également été accusé d’être entré illégalement dans un pays Schengen, selon les garde-côtes. Les migrants ont déclaré qu’ils avaient quitté la ville libyenne de Tobrouk jeudi 11 janvier et qu’ils espéraient rejoindre l’Italie.

Les migrants ont déclaré aux autorités grecques qu’ils avaient payé entre 1500 et 4000 dollars pour faire le voyage. Tous étaient en bonne santé à leur arrivée au port d’Héraklion. Le bateau a été saisi dans le port de Kala Limenoni, ont indiqué les garde-côtes.

Slovénie : deux fois plus de passages en 2023

12 janvier - 18h45 : La police a identifié 58 193 entrés illégalement en Slovénie en 2023, soit une augmentation de 83% par rapport à l’année précédente. La hausse concerne surtout les Afghans, dont le nombre a triplé pour atteindre près de 18 000 personnes, et les Marocains, dont le nombre est passé de 300 en 2022 à plus de 8800 en 2023.

S’adressant à la presse le 11 janvier, le commissaire Senad Jušić a déclaré que la police slovène s’était adaptée à l’entrée de la Croatie dans l’espace Schengen et que les données sur le nombre de passeurs appréhendés témoignaient de son efficacité. En 2023, la police a appréhendé 554 passeurs, dont neuf seulement étaient de nationalité slovène.

Au cours des deux derniers mois, la police a détecté un nombre croissant de tentatives visant à faire passer clandestinement des migrants du nord de la Slovénie vers l’Autriche par des cols montagneux isolés. La police de Celje a déclaré que des migrants étaient introduits clandestinement en Autriche depuis le centre pour demandeurs d’asile de Ljubljana et sa succursale de Logatec. Des patrouilles de police supplémentaires ont été déployées dans ces zones après que les habitants proches de la frontière avec l’Autriche ont remarqué une augmentation du nombre de véhicules portant des plaques d’immatriculation étrangères.

Funérailles d’un demandeur d’asile albanais décédé sur une barge britannique

11 janvier - 17h45 : Leonard Farruku, un demandeur d’asile de 27 ans décédé le mois dernier à bord de la barge Bibby Stockholm, au Royaume-Uni, a été enterré ce 10 janvier en Albanie.

Leonard Farruku a été retrouvé mort le 12 décembre sur la barge d’hébergement amarrée à Portland, dans le sud-est de l’Angleterre. On pense qu’il a mis fin à ses jours dans une salle de douche. Le corps du jeune homme a été rapatrié en Albanie grâce aux plus de 18 000 livres récoltés par sa famille lors d’une campagne de financement participatif.

27 inculpations pour trafic de migrants au Kosovo

10 janvier - 18h30 : Le parquet spécial du Kosovo a inculpé 27 personnes ce 10 janvier pour leur implication dans le trafic de migrants. Ils auraient coopéré au passage clandestin de plus de 700 personnes de l’Albanie vers le Kosovo, principalement des migrants en provenance de Syrie.

Les passeurs présumés ont permis aux migrants de se rendre en Serbie, d’où ils envisageaient de se rendre dans les pays de l’Union européenne. Le Kosovo dispose de centres d’accueil pour les migrants, mais la plupart d’entre eux n’y restent que temporairement, jusqu’à ce qu’ils trouvent un moyen de se rendre dans les pays de l’UE.

Grèce : au moins trois morts dans un naufrage près de Lesbos

10 janvier - 16h25 : Au moins trois personnes sont mortes lorsqu’un canot avec environ 36 personnes à bord s’est écrasé contre des rochers sur l’île grecque de Lesbos aux premières heures du mercredi 10 janvier.

Les garde-côtes grecs ont déclaré avoir secouru 18 survivants du naufrage, survenu sur la côte est de l’île de la mer Égée, à dix kilomètres au nord de Mytilène, la ville principale de l’île.

Mitsotakis s’auto-congratule à la conférence d’Athènes sur les migrations

8 janvier - 21h : Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis a salué lundi le nouveau pacte européen sur la migration et l’asile. S’exprimant lors d’une conférence sur la migration à Athènes, en présence du vice-président de la Commission européenne Margaritis Schinas, et de la Commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, Kyriakos Mitsotakis a vigoureusement défendu la gestion de la migration irrégulière par la Grèce. Il a souligné les améliorations notables des conditions dans les îles orientales de la mer Égée par rapport à 2019.

« En 2023, nous avons géré les flux migratoires plus efficacement que nombre de nos partenaires », a-t-il affirmé. Soulignant que « la migration n’est pas nécessairement un sujet de discorde », le Premier ministre conservateur a fait valoir qu’une gestion avisée des migrations pourrait contribuer au développement économique. Il a préconisé une politique prudente reposant sur deux piliers fondamentaux : le démantèlement des réseaux de trafic d’êtres humains, la sauvegarde des frontières extérieures de l’UE et l’établissement d’alternatives légales pour une migration contrôlée.

Croatie : deux policiers mis en accusation pour racket d’exilés

8 janvier - 19h15 : L’USKOK a porté plainte contre deux policiers, accusés d’abus de pouvoir et d’autorité pour avoir extorqué 220 euros à des migrants entrés illégalement en Croatie.

Il s’agit de deux policiers d’Ogulin qui, le 4 août 2023, alors qu’ils étaient en service au commissariat de Slunj, ont interpelé un groupe d’étrangers entrés illégalement en Croatie. Pendant que le deuxième policier prévenu énumérait les informations des migrants, le premier prévenu leur a demandé de collecter et de remettre 10 euros chacun, citant comme raison le coût de leur transport vers Zagreb. Après avoir récupéré l’argent, les quatre étrangers ont remis 220 euros à la police qui a gardé l’argent.

Grèce : trois disparus dans un naufrage au large de Rhodes

7 janvier - 9h30 : Un nouveau naufrage s’est produit à l’aube au large de Rhodes, dans les eaux territoriales turques.. Selon les médias grecs, 21 personnes étaient à bord du navire, 18 ont été ecourues et trois sont portées disparues. Mais selon les informations publiées par les autorités turques, le bateau transportait 39 personnes, et 36 ont été secourues, tandis que les recherches et les secours sont en cours pour tenter de retrouver les trois disparus tombés à la mer.

Il est étrange et inhabituel que les informations publiées sur le même incident soient si différentes du côté grec et turc : ce naufrage est-il le résultat d’un pushback des autorités grecques ?

Croatie : trois morts et des blessés dans un tragique accident sur l’autoroute A1

6 janvier - 21h : Trois personnes ont été tuées dans une collision entre un combi et une Alfa Romeo, samedi matin sur l’autoroute A1, non loin de Karlovac, tandis que douze personnes ont été blessées et sont soignées dans les hôpitaux de Zagreb, Karlovac et Rijeka.

Un couple de Rijeka a été tué et leur fils de 16 ans, qui dormait sur la banquette arrière de l’Alfa Romeo, a été légèrement blessé. Le conducteur du combi a également été tué. Il s’agissait probablement d’un passeur de migrants, et douze personnes étaient à bord du combi, immatriculé en Hongrie, en majorité des Egyptiens, ainsi que deux Moldaves. Les médecins de Rijeka se battent toujours pour sauver la vie de plusieurs migrants blessés.

Croatie : la fausse rumeur du 1er de l’an à Zagreb

4 janvier - 14h : La rumeur selon laquelle des travailleurs étrangers auraient agressé des jeunes filles le soir du Nouvel An sur la place Ban Jelačić à Zagreb s’est largement répandue sur les réseaux sociaux. Des milliers de travailleurs étrangers, notamment népalais, s’étaient retrouvés sur cette place pour fêter la nouvelle année, mais la police n’a pas enregistré le moindre incident.

Malgré cela, le Mouvement patriotique de Miroslav Škoro (DPMŠ, parti d’extrême droite qui a remporté 11% des voix et 16 sièges au législatives de 2020) a envoyé ce jeudi une déclaration prétendant que des travailleurs étrangers auraient agressé des mineurs sur la place principale de Zagreb.