Zëri

Le Kosovo de l’après 17 mars

| |

Les conséquences à long terme des violences de ces derniers jours sont encore imprévisibles, mais une chose est claire, selon le quotidien Zëri : la société kosovare en paiera un lourd tribut.

Ce mercredi 17 mars, les représentants de la MINUK et des autorités du Kosovo se sont sûrement demandés : « est-ce possible ? ». La situation actuelle était certainement inimaginable dans le pire des scénarios. Alors que depuis la fin de la guerre, il y a cinq ans, le progrès était palpable dans l’ensemble indicateurs statistiques, nous pensions avoir engendré un système politique capable d’empêcher de telles émeutes, comme celles que nous venons de vivre dans l’ensemble du Kosovo. Pour cette raison, les événements d’aujourd’hui sont bouleversants et choquants. Quoi qu’il en soit, il est encore trop tôt pour savoir quelles seront les conséquences des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous