BIRN

L’interminable attente des réfugiés rroms chassés du Kosovo

| |

En 1999, 50 000 Rroms ont fui le Kosovo. Plusieurs milliers d’entre eux survivent toujours dans un camp de transit, à Novi Pazar. Les déplacés souffrent du froid et des maladies, mais aussi de l’absence d’aide de l’État serbe et du manque de toute reconnaissance légale. En sept ans, la situation des Rroms de Novi Pazar n’a presque pas avancé.

Par Zoran Maksimovic Au camp de réfugiés de Novi Pazar, une femme rrom serre dans ses bras un enfant à moitié nu. Elle porte le deuil de sa fille, morte il y a quelques mois à causes des mauvaises conditions d’hygiène dans le camp. « Nous, les Rroms, nous vivons toujours comme cela, dit-elle. Nous naissons et nous mourons sous le ciel bleu. Nous ne savons rien des docteurs ni des médicaments ». Elle n’est pas la seule personne endeuillée dans le camp. Plusieurs femmes rroms ont perdu un enfant à cause du froid, de la faim ou de la maladie depuis 1999, lorsqu’elles ont été forcées de fuir le Kosovo pour se réfugier dans cette partie de la Serbie. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous