Mediapart / Le Courrier des Balkans

TPI : Comment la France a défendu ses « amis » inculpés par la justice internationale

| | |

Les carnets du général Rondot, l’ancien coordinateur des services de renseignements, révèlent comment la France essaya de protéger Ante Gotovina, ancien légionnaire et ancien braqueur, devenu général croate. Ces carnets montrent aussi comment Paris accorda sa protection à d’autres acteurs des « sales guerres » yougoslaves, au nom des « services » qu’ils auraient rendu. Parmi ces « amis de la France », on retrouve Momčilo Perišić, Jovica Stanišić et même Milorad Ulemek « Legija »...

Beaucoup d’autres anciens Légionnaires ont également été impliqués dans les conflits yougoslaves. L’un des plus célèbres d’entre eux, Milorad Ulemek, justement surnommé « Legija », fut le commanditaire du meurtre du Premier ministre démocrate Zoran Djindjić, abattu à Belgrade le 12 mars 2003. Ulemek s’est engagé dans la Légion le 10 avril 1986, à l’âge de 18 ans. Il a servi au Tchad, à Beyrouth et en Irak durant la première guerre du Golfe, mais n’aurait pas effectué le temps de service lui permettant de prétendre à la nationalité française. Il revient également au pays au début des guerres yougoslaves, mais naturellement côté serbe. Il prit en 1996 la tête des « (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous