Vreme

Jovica Stanišić, portrait d’un caméléon

| |

À 58 ans, Jovica Stanišić est accusé d’avoir participé à une entreprise criminelle commune au cours des guerres des années 1990. Arrêté le 13 mars 2003 par les autorités serbes, puis transféré au Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) le 11 juin 2003, il fut hissé aux plus hautes responsabilités dans le monde des services secrets. Véritable cerveau d’un réseau dont lui seul connaît l’étendue, Stanišić éveille les curiosités. Proche conseiller de Slobodan Milošević, il est soupçonné d’avoir rendu service à la CIA. Ayant un parcours digne des plus grands thrillers politiques, le destin semble lui offrir encore quelque répit au cours de son jugement.

Par Dejan Anastasijević Si Jovica Stanišić n’était pas réel, il faudrait l’inventer en tant que héros d’un thriller politique. Du centre de la toile d’araignée nommée Département pour la sécurité nationale de la Serbie, il était l’ordonnateur qui contrôlait le chaos ambiant d’une grande partie des années 1990, dites « années de plomb ». Il a joué un rôle-clé autant dans le déclenchement des guerres en ancienne Yougoslavie que dans leur dénouement. Il était le cerveau du régime brutal de Slobodan Milošević, mais cultivait parallèlement des contacts avec les partis de l’opposition ; il fut même le fondateur de certains d’entre eux. Il envoyait les criminels dans (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous