Danas

Partage du Kosovo : pour la Serbie, « toutes les options sont possibles »

| |

Depuis New-York, où il s’est adressé à l’Assemblée générale des Nations Unies, le Président serbe Boris Tadić a évoqué, de nouveau, l’hypothèse d’un partage du Kosovo, alors que la Serbie s’attend à recevoir un large soutien international à sa demande de saisine de la Cour internationale de justice. S’agit-il d’une hypothèse sérieuse, ou d’un « test » dans la perspective d’une reprise des négociations sur le statut du Kosovo ? Pour Belgrade, tout reste ouvert, et la Constitution serbe n’interdit pas les modifications frontalières négociées.

Par S. Čongradin, L. Valtner et J. Tasić Les déclarations du Président Boris Tadić à New-York sur l’avenir du Kosovo ont relancé l’hypothèse du partage de cette région du sud de la Serbie. Les responsables du ministère du Kosovo au gouvernement serbe, Goran Bogdanović et Oliver Ivanović, démentent cependant tout changement de la politique serbe envers le Kosovo. Le Kosovo reste donc officiellement serbe, bien que l’initiative de Belgrade en faveur d’une reprise des négociations laisse voir que toutes les options sont en jeu. Selon le ministre du Kosovo Goran Bogdanović, le Président Boris Tadić n’a même pas évoqué le partage à New-York, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous