Osservatorio sui Balcani

En Turquie, les médias non turcophones sont en plein essor

| |

La Turquie compte de plus en plus de médias qui utilisent, hormis le turc, le kurde et d’autres langues des minorités. Après des décennies de nationalisme culturel, la société turque semble découvrir lentement sa nature multiethnique. L’essor des médias non turcophones est la conséquence directe d’un récent changement de direction dans la politique linguistique du pays. En 2001, seul le turc était autorisé dans les médias. En 2009, la naissance d’une chaîne kurde marque un réel progrès de la liberté d’expression.

En 2001, le gouvernement a aboli l’interdiction de parler d’autres langues que le turc, mais il restait interdit d’écrire et d’émettre dans les langues des minorités. En 2006, le gouvernement Erdoğan fit un pas timide en avant en autorisant radios et télévisions à émettre en kurde, mais uniquement pour de la musique et pour une heure maximum par jour. En 2009, la naissance de TRT6, canal public, qui transmet 24/24 en kurde, marque un réel changement. Même si elle a une ligne éditoriale plutôt progouvernementale, le choix du gouvernement de créer une chaîne en kurde signifiait la voie ouverte à d’autres médias pour émettre dans des langues différentes du (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous