Changer les frontières des Balkans : un « non paper » qui bouleverse la région

| |

Dépecer la Bosnie-Herzégovine, réunir l’Albanie et le Kosovo... Entre commentaires affolés et démentis maladroits, le non paper diffusé par la Slovénie n’en finit plus de secouer les Balkans. À Sarajevo, on s’inquiète surtout de l’assourdissant silence des autres pays européens. Tour d’horizon régional.

Par Jean-Arnault Dérens (avec Aline Cateux, Belgzim Kamberi, Dimša Lovpar, Ilda Mara, Jasna Tatar-Anđelić) Le non paper de Janez Janša réveille de bien mauvais souvenirs en Bosnie- Herzégovine où le dernier conflit n’est jamais très loin dans les mémoires. L’ancien président du Conseil des ministres Denis Zvizdić compare ce document au fameux mémorandum de l’Académie serbe des sciences et des arts (SANU) qui, « lui non plus, semblait n’engager à rien, avant qu’on ne s’aperçoive qu’il a finalement été à l’origine de crimes de masse, de déportations et finalement de génocide ». Le non paper est unanimement perçu à Sarajevo comme une ingérence extérieure dans (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous