À Šid, avec les réfugiés dans les limbes de la frontière serbo-croate

| |

Ils sont près de 150 migrants à survivre dans le froid aux alentours de la petite ville serbe de Šid, à proximité de la frontière croate. Certains d’entres eux sont bloqués depuis un an, se nourrissant grâce à l’aide de quelques ONG. Tous espèrent un jour traverser illégalement les barrières érigées par l’Union européenne. Le reportage de nos envoyées spéciales.

Par Julia Druelle et Jelena Prtorić Les repas sont aussi l’opportunité d’échanger dans une ambiance plutôt conviviale, malgré le décor sinistre. Entre le plat de lentilles et un verre de thé, certains témoignent de la brutalité de certains policiers croates envers les migrants appréhendés de leur côté de la frontière : une cicatrice dans le cou, un hématome à la jambe, la photo d’un visage ensanglanté sur l’écran d’un téléphone portable. Les policiers sont également accusés de racket et de la destruction des écrans des smartphones des personnes ainsi interpellées. « La police croate nous maltraite », dénonce un jeune homme, « pourquoi ? ». Beaucoup (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous