Vreme

Serbie : David Albahari, identité juive et rock’n’roll

| |

Écrivain serbe d’origine juive, David Albahari est installé au Canada depuis 1994, où il continue d’écrire dans sa langue maternelle. Il vient de publier Kontrolni punkt, un roman qui traite de la guerre et de sa banalité. Exil, engagement, mémoire, écriture : David Albahari se raconte sans détour à Vreme. À 63 ans, il se dit désormais prêt à affronter la critique, même si elle ne lui est plus aussi favorable. Interview vérité.

Propos recueillis par Jelena Jorgačević S’il affirme que la langue n’est qu’une convention à laquelle on est condamnés, David Albahari ne se comporte pas comme tel. Il met à l’épreuve les frontières de la langue et joue sans cesse avec la forme. Dans ses romans, il reste fidèle à l’écriture en un seul bloc, expliquant en plaisantant que la touche Enter de son ordinateur ne marche pas. Installé depuis plus de 17 ans au Canada, il reste très présent en Serbie, où paraît chaque année un nouveau roman. Tout en disant ce toujours ce qu’il pense, il a réussi à échapper au rôle « d’écrivain engagé », donneur de leçons. Son dernier (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous