Littérature : Miroslav Krleža, un contemporain essentiel

| |

L’oeuvre de l’écrivain croate Miroslav Krleža (1893-1981) reste d’une inquiétante actualité. Le monde provincial et mesquin que décrit Krleža, celui de Zagreb au début du XXe siècle, ressemble dramatiquement au monde actuel des sociétés post-yougoslaves, dominées par les Philistins de la culture, de la politique et de l’argent. Teofil Pančić nous invite à (re)découvrir Krleža.

Par Teofil Pančić Les Croates, mais aussi les Serbes et tous les autres, ne perdent pas une occasion pour essayer de se débarrasser de l’héritage de Miroslav Krleža, mais celui-ci revient toujours à grands pas, en courant. La mort de l’auteur n’a rien changé à ce fait, elle l’a même libéré, d’une certaine manière, du poids imposé par le rôle de prétendu écrivain d’État qui lui avait été conféré par le régime communiste yougoslave – rôle qu’il a toujours aimé jouer. Une dizaine d’années après sa mort commencèrent les dix années de mort et de sang : l’ignoble tuerie, l’abject écrabouillage dans la boue de la plaine de Pannonie, le grand abattage organisé pour (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous