Le Courrier des Balkans

Écrire dans la langue de l’exil : y a-t-il une littérature balkanique de la diaspora ?

|

Herta Müller, prix Nobel de littérature 2009, est-elle une auteure allemande ou roumaine ? Aujourd’hui, nombreux sont les écrivains d’origine balkanique qui vivent hors de leur pays de naissance et écrivent dans la langue de leur pays d’accueil : les Bosniens Saša Stanisić, Aleksandar Hemon et Velibor Čolić écrivent respectivement en allemand, en anglais et en français, l’Albanaise Ornella Vorpsi en italien, la Croate Marica Bodrožić en allemand. Peut-on parler d’une littérature balkanique de la diaspora ?

Par Déborah Grbac [1] Encore quelques mots sur la diaspora culturelle issue du démembrement de l’ancienne République socialiste fédérative de Yougoslavie. Cette diaspora peut se diviser en deux générations. Parmi les auteurs que l’on peut classer dans la première génération, il faut citer les Bosniens Aleksandar Hemon et Miljenko Jergović, qui ont volontairement choisi de s’exprimer dans une langue différente que leur langue d’origine, mais aussi d’autres comme Velibor Čolić qui a écrit, en exil, plusieurs livres dans sa langue maternelle, avant de choisir de passer au français (notamment son dernier roman Archanges. Roman a capella). Une (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous