IWPR

Sarajevo a-t-elle perdu son âme ?

| |

Le caractère multiethnique de la capitale bosniaque a radicalement changé depuis la fin de la guerre, au grand dam des « vieux » habitants, qui ne reconnaissent plus leur ville, et sont particulièrement critiques envers les nouveaux riches venus du Sandjak. Pourtant, ce n’est pas la première fois dans l’histoire que Sarajevo connaît un tel traumatisme, et l’esprit de la ville a toujours réussi à s’imposer.

Par Mirsad Bajtarevic Au cœur de la vieille ville de Sarajevo, la façade noircie de l’Hôtel Europa se dresse comme un monument à la gloire oubliée de la période austro- hongroise. C’était un lieu de rendez-vous, célèbre, pour les journalistes, les universitaires et les intellectuels qui se réunissaient les après-midi d’été dans le jardin extérieur de l’hôtel. Cependant, l’argent investi dans tant de bâtiments ruinés depuis la fin du conflit en Bosnie, en 1995, n’a pas touché l’hôtel Europa, qui avait été réduit en miettes par les bombardements serbes. L’ancien jardin d’été est devenu un parc de stationnement. « Cela serait chouette (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous