Législatives au Kosovo : la vieille garde de l’UÇK va-t-elle rendre les armes ?

| |

Près de deux millions d’électeurs sont appelés aux urnes, de 7h à 19h, pour renouveler les 120 sièges du Parlement kosovar. Les anciens de l’UÇK, à commencer par le PDK du Président Thaçi au pouvoir depuis deux décennies, sont menacés. La colère sourde d’une population désenchantée va-t-elle se traduire dans les urnes ?

Par Simon Rico Le PDK, la formation qui monopolise le pouvoir depuis 1999, risque bien de faire les frais de l’exaspération qui règne au Kosovo alors que seul l’exode massif vers l’étranger a pour le moment permis de différer l’explosion sociale. Vendredi soir, des milliers de personnes se sont rassemblées devant la statue de Skanderbeg, au centre de Pristina, pour le dernier grand meeting de Vetëvendosje. Il y avait des envie de « dégagisme ». « Cela fait cinq ans que je suis au chômage. J’ai 32 ans, j’ai des diplômes, mais qu’est-ce que je peux espérer, il n’y a pas de jobs ici. Je ne vois aucun avenir avec les partis qui ont dirigé le pays, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous