Serbie : « le régime Vučić peut s’effondrer comme un château de cartes »

| |

Les citoyens serbes étaient appelés à descendre dans la rue ce 29 décembre pour un quatrième samedi consécutif de mobilisation contre le régime d’Aleksandar Vučić. Si la « masse critique » n’a pas encore été atteinte, le nombre et la détermination des protestataires ne cesse de croître, estime le sociologue Jovo Bakić. Entretien.

Propos recueillis par Milica Čubrilo Filipović Le Courrier des Balkans (C.d.B.) : Comment analysez-vous ces manifestations qui ont commencé le 8 décembre en réaction à l’agression de l’opposant Borko Stefanović, frappé à coups de barres en fer à la tête alors qu’il devait participer à un meeting à Kruševac, le 23 novembre ? Jovo Bakić (J.B.) : J’ai participé à la manifestation du 22 décembre, l’atmosphère était enfiévrée. J’ai revu des gens que je n’avais pas croisé depuis 15 ou 20 ans, avec lesquels j’ai fait mes études et participé aux manifestations dans les années 1990. Il y avait beaucoup de jeunes, des étudiants... La grogne monte, ce n’est que le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous