Crimes au Kosovo : Hashim Thaçi défend la « guerre juste » de l’UÇK

| |

Cela faisait six jours que le Kosovo attendait qu’il sorte de sa réserve. Dans son allocution (enregistrée) à la nation diffusée ce soir, le Président Hashim Thaçi a critiqué le timing de son inculpation et annoncé qu’il démissionnerait seulement si l’acte d’accusation pour crimes de guerre était confirmé.

Par Belgzim Kamberi « Je n’affronterai pas la justice depuis ce bureau. En cas de confirmation de l’acte d’accusation, je démissionnerai tout de suite de la présidence et je me confronterai aux accusations », a déclaré le Président Hashim Thaçi lundi soir. C’était sa sa première réaction publique depuis l’annonce de l’acte d’accusation pour « crimes de guerre et crimes contre l’humanité » par les Chambres spécialisées de La Haye (CSK), le 24 juin. « La seule loi que j’ai violée est celle de Milošević », a-t-il ajouté dans ce message, soigneusement enregistré au préalable. « Le Kosovo est un nouveau pays, mais ses dirigeants doivent se comporter en (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous