Dilema Veche

Roumanie : comment détruire une institution culturelle efficace ?

| |

Le gouvernement Ponta a modifié, par une ordonnance d’urgence, l’administration de l’Institut culturel roumain (ICR). Elle est d’ores et déjà décriée par nombre d’artistes et d’intellectuels qui dénoncent la destruction et la politisation d’une institution culturelle plutôt efficace.

Par Luiza Vasiliu Selon cette ordonnance d’urgence, les deux vice-présidents et un tiers du conseil de direction de l’Institut Culturel Roumain (ICR) seront nommés par le bureau permanent du Sénat. De plus, l’ICR sera retiré de sous l’autorité symbolique du Président. Tout cela « pour le bien de l’ICR », qui selon « Ponta et compagnie », est une institution politisée, qui manque de transparence, et qui dépense de manière irresponsable l’argent public. Mais ces accusations ont été démontées par son président, Horia-Roman Patapievici, lors d’une conférence de presse à laquelle étaient présents beaucoup d’artistes et d’intellectuels roumains. Le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous