Belgrade Insight

Le sud de la Serbie hanté par le spectre de la pauvreté

| |

Comment faire pour survivre avec quelques dizaines d’euros pas mois ? Une question que se posent de plus en plus de Serbes, notamment le dans le sud du pays, où le chômage a explosé ces derniers mois. Malgré l’inquiétude de la population, le maire de Niš, Miloš Simonović, se veut rassurant : de grands groupes comme les Français Sagem et Bricolage-DIY devraient réaliser des investissements importants dans la ville. Cela sera-t-il suffisant pour éviter de graves troubles sociaux ?

Par Zoran Kosanović Deux cigarettes à la main, une jeune femme du centre de Kuršumlija, une petite ville de la Serbie du Sud, reconnaît qu’elle achète ses cigarettes à la pièce, car elle n’a pas les moyens de s’acheter un paquet. À Kuršumlija, la cigarette coûte quatre dinars. Le propriétaire d’un kiosque à journaux affirme que plusieurs de ses clients sont intéressés par ces achats modestes. « Les gens n’ont pas d’argent, donc ils n’achètent que quelques cigarettes », dit-il. « Certains ne peuvent s’en acheter qu’une seule à la fois ». L’histoire est identique dans la ville de Niš, toute proche. Avec un salaire moyen de 250 euros par mois, la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous