Dnevnik

Le nom de la Macédoine, un obstacle dans le processus d’intégration européenne

| |

La Macédoine sort affaiblie du dernier Conseil de l’UE. Les dirigeants européens posent une nouvelle condition à l’ouverture des négociations d’adhésion : résoudre le conflit nominal avec la Grèce. Bloquer une adhésion pour un problème bilatéral constituerait un précédent, rappellent pourtant Dimitrij Rupel et Olli Rehn.

Par Svetlana Jovanovska La Macédoine peut encore espérer obtenir une date d’ouverture des négociations d’adhésion à l’Union Européenne (UE) pour la fin de l’année 2008. Mais à plusieurs conditions, dont celle de parvenir à un accord avec la Grèce sur la question du nom. Cette clause – une première – apparaît dans les conclusions du Conseil des 19 et 20 juin derniers [1]. Tel est le compromis atteint par les Etats-membres au cours de ce Conseil, le dernier de la présidence slovène de l’UE. « Le Conseil européen fait observer que l’ancienne République yougoslave de Macédoine devrait pouvoir prendre de nouvelles mesures d’ici la fin de l’année », peut-on lire (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous