Osservatorio sui Balcani

Intégration européenne : le « non » irlandais et les Balkans occidentaux

| |

Le « non » irlandais au Traité de Lisbonne aura-t-il des conséquences sur l’intégration des pays des Balkans occidentaux ? Les nouveaux élargissements dépendent de la réforme des institutions européennes. Alors que la Croatie devrait réussir à passer à travers les mailles du filet, les autres pays de la région craignent que l’Europe ne marque un temps d’arrêt durable. Nicolas Sarkozy, s’opposant à l’actuelle Présidence slovène de l’UE, exclut tout élargissement sans cette réforme. À Belgrade, le « non » irlandais comble de joie les milieux anti-européens.

Par Aleksandra Mijalković Du point de vue de la Serbie et des autres pays des Balkans occidentaux, le résultat négatif du référendum irlandais sur le Traité des réformes de l’UE est une bien mauvaise nouvelle, puisqu’il pourrait retarder leur entrée dans l’UE. En effet, le Traité de Lisbonne devait, entre autres aspects, éliminer les obstacles institutionnels à la poursuite de l’élargissement. Le Traité de Nice prévoyait le fonctionnement d’une communauté constituée de 27 états au maximum, le quota actuel de membres. Pour que l’UE puisse prendre sans problème des décisions et agir avec sept autres membres (dans la perspective de l’intégration des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous