Grèce 1821-2021 (5/5) | La révolution grecque et les ambiguïtés de l’Église orthodoxe

| |

En Grèce, il n’existe toujours pas de séparation entre l’Église et l’État. Certains apôtres de la révolution prônaient pourtant l’édification d’un État laïc, reconnaissant la liberté de religion. S’estimant gardienne de l’identité hellénique, l’Église s’y opposa de tout son poids.

Par Fabien Perrier Lors des célébrations du bicentenaire de la révolution grecque, la présidente Ekateríni Sakellaropoúlou et le Premier ministre Kyriákos Mitsotákis ont assisté le 25 mars à une liturgie célébrée à la cathédrale d’Athènes par l’archevêque Hierónymos. Incontestablement, l’Église orthodoxe est au cœur de la société grecque. « Sous l’Empire ottoman, l’orthodoxie a préservé la nation grecque. C’est à elle que nous devons la liberté de notre pays », explique le père Savas, qui administre l’église Ágios Nikólaos, sur l’île d’Égine. Dans les faits, l’histoire est un peu plus complexe. En 1453, les Ottomans prennent Constantinople. La Grèce fait (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous