BIRN

Intégration européenne : le blocage du Traité de Lisbonne douche les espoirs de la Croatie

| |

Après le « non » irlandais au Traité de Lisbonne, Zagreb craint de nouveaux retards dans le processus de son intégration. La réforme des institutions européennes est en effet indispensable pour envisager une reprise du processus d’élargissement. Une exception pourrait cependant être faite pour la Croatie, qui espère rejoindre rapidement la famille européenne.

Par Gjeraqina Tuhina Après le psychodrame causé par le rejet par la population irlandaise du traité de Lisbonne lors d’un référendum, l’Union européenne tente d’encourager les pays des Balkans occidentaux à avancer dans les réformes nécessaires à leur future intégration au sein des structures européennes. L’UE fonctionne actuellement sur la base du traité de Nice, qui est entré en vigueur en février 2003, et qui fixe le plafond à 27 États membres. Un nouveau traité est donc indispensable si l’UE veut continuer à s’agrandir, notamment du côté des Balkans. L’un des principaux objectifs du Traité de Lisbonne était d’ailleurs de mettre en place des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous