Slovénie : le médiocre bilan d’un semestre de présidence européenne

| |

La Slovénie a transmis le 1er janvier à la France la présidence du Conseil de l’Union européenne. Ljubljana voulait gagner en visibilité internationale, mais son semestre à la tête de l’UE s’est achevé sans résultat notable et a surtout mis en lumière la dérive autoritaire de Janez Janša.

Traduit par Jad Le Premier ministre Janez Janša avait déjà géré, en 2008 et non sans un certain succès, ce qui avait été la première présidence de l’UE par un pays issu du grand élargissement à l’Est, quatre ans plus tôt. En 2021, la deuxième présidence de Ljubljana avait été conçue comme une vitrine internationale importante pour l’État qui a le mieux réussi à tirer son épingle du jeu de l’éclatement de la Yougoslavie. L’intention était d’améliorer sa visibilité internationale et de confirmer l’efficacité de son appareil diplomatique. Du reste, la Slovénie envisage déjà une candidature à un siège non permanent au Conseil de sécurité des Nations unies. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous