Réfugiés ukrainiens : l’accueil « naturel » des monastères roumains et moldaves

| |

Depuis le premier jour de l’invasion russe en Ukraine, le patriarche Daniel de Bucarest appelle à la solidarité avec les réfugiés. Les monastères de Moldavie et de Roumanie leur ont ouvert leurs portes en grand. Un engagement « naturel », mais pas sans conséquences sur les relations entre les Églises orthodoxes.

Traduit par Jean-Arnault Dérens (article original) Plus « à l’arrière », ce sont encore les chrétiens orthodoxes qui mettent à disposition des monastères et des églises, collaborant avec les autres bénévoles dans les points de passage comme les gares : à Suceava, la salle d’attente est presque toujours bondée de personnes qui attendent les trains que le gouvernement a mis à disposition gratuitement pour atteindre les grands centres comme Bucarest ou Cluj-Napoca. « C’est tout simplement notre vocation en tant que croyants. Ceux qui fréquentent ma paroisse sont vraiment touchés par la douleur du peuple ukrainien, presque tout le monde – des plus (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous