Les Balkans et l’UE avaient rendez-vous à Trieste : « stabilocratie » contre démocratie

| |

Élargissement en panne, démocratisation en berne : rien ne va plus dans le processus de rapprochement entre les Balkans et l’Union européenne. Le IVe Sommet du « Processus de Berlin » réunit ce mercredi douze chefs d’État et de gouvernement à Trieste, en Italie. La société civile, elle, s’impatiente et réclame un changement de cap.

Par Loïc Trégourès et Giovanni Vale Les chefs d’État et de gouvernement des Balkans se retrouvent ce mercredi 12 juillet à Trieste pour le sommet annuel du Processus de Berlin. Après Berlin (2014), Vienne (2015) et Paris (2016), ce nouveau rendez-vous intergouvernemental va réunir des représentants de l’Albanie, de la Bosnie-Herzégovine, du Kosovo, de la Macédoine, du Monténégro, de la Serbie, ainsi que d’Allemagne, d’Autriche, de France et d’Italie. L’objectif de ce « Processus » lancé par le gouvernement allemand est de redonner de l’élan au projet d’intégration européenne des Balkans, en panne depuis que le président de la Commission (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous