Pour survivre, la Bosnie-Herzégovine dépend toujours plus de sa diaspora

| |

Au cours du premier semestre 2018, la diaspora a transféré 650 millions d’euros en Bosnie-Herzégovine. Cela assure la survie de très nombreuses familles et permet de différer la catastrophe sociale qui guette le pays.

Par Dženana Karabegović Sexagénaire habitant Tuzla, Ljubica peine à boucler ses fins de mois avec sa pension de retraite de 150 euros. Elle se fait aider par ses deux enfants qui sont partis s’installer en Suisse et en Allemagne, faute d’avoir pu trouver un travail en Bosnie-Herzégovine. « Ma pension minimale ne suffit que pour les charges et les médicaments. Nos enfants nous envoient régulièrement de l’argent, mais aussi des aliments, des vêtements... Sans cela, on aurait bien du mal à survivre », explique-t-elle. Son cas n’est qu’un exemple parmi les dizaines de milliers de citoyen.ne.s de Bosnie-Herzégovine qui survivent grâce à l’aide de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous