Serbie : l’UE tente une médiation entre le pouvoir et l’opposition

| |

L’UE voudrait que l’opposition serbe participe aux élections du printemps 2020 et cesse de boycotter le Parlement. Le député européen David McAllister joue les médiateurs entre le SNS d’Aleksandar Vučić et l’opposition. Sans grandes chances de réussite : le pouvoir n’a pas intérêt à jouer le jeu démocratique, ni l’opposition le jeu du pouvoir.

Par Milica Čubrilo Filipović C’est la normalisation d’un système en état d’occupation. « L’opposition est confuse et ne sait pas ce qu’elle veut », rétorque le député du SNS Vladimir Đukanović, annonçant en même temps des amendements à venir à la loi électorale, à celle régissant l’Agence de la lutte contre la corruption, des réformes de la liste des électeurs et du financement des partis. Les partenaires de la coalition au pouvoir – le Parti socialiste de Serbie (SPS) et le Mouvement des retraités (PUPS) – étaient représentés aux côtés de Vladimir Đukanović. L’opposition qui ne boycotte pas le Parlement était représentée par le Parti (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous