Macédoine : le trouble jeu de Belgrade et de Moscou en faveur de Nikola Gruevski

| |

Que faisait « l’honorable correspondant » de la BIA serbe dans le Parlement de Macédoine en proie à l’émeute, le soir du 27 avril ? Pourquoi le journaliste et député serbe Miroslav Lazanski a-t-il rencontré l’ancien Premier ministre Gruevski ? Les journalistes de Krik, Nova TV et de l’OCCRP ont eu accès à l’enquête des services macédoniens, qui révèle l’implication de Belgrade dans les événements qui secouent la Macédoine depuis des mois.

Par Stevan Dojčinović, Saška Cetkovska, Biljana Sekulovska, Bojana Jovanović, Bojana Pavlović et Aubrey Belford Goran Živaljević est membre de l’Agence de renseignement serbe (BIA). Le 3 mars 2017, il a appelé Ivan Stoilković, député et président du Parti démocrate des Serbes de Macédoine, et lui a annoncé qu’il allait accueillir à Skopje des journalistes prêts à faire le travail pour eux. « Hé, je me suis arrangé avec ce type, je l’ai briefé sur l’éditorial qu’il doit écrire aujourd’hui dans Politika. On va filmer ensemble des images à la manif. Quand on se sera posés quelque part ce soir, je t’appelle », a répondu Stoilković à Živaljević selon la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous