Kosovo : « Haradinaj 2 », un gouvernement sur le fil du rasoir

| |

Fragile, instable, trop dépendant de Belgrade... À peine né après un accouchement laborieux, le nouveau gouvernement du Kosovo dirigé par Ramush Haradinaj a déjà fait l’objet de vives critiques de la part de l’opposition à l’Assemblée, tandis que les analystes unanimes estiment qu’il ne fera pas long feu.

Par Albatrit Matoshi Treize ans plus tard, le chef de l’Alliance pour l’avenir du Kosovo (AAK), Ramush Haradinaj, revient à la tête du gouvernement. Si, en 2004, ses 100 jours comme Premier ministre lui avaient valu des éloges, aujourd’hui, les réactions sont plus mitigées. L’opposition kosovare s’est ainsi engagée, dès le premier jour, à renverser ce gouvernement, incapable selon elle de mettre en œuvre aucune décision importante en raison de sa trop grande dépendance vis-à-vis de Belgrade. Selon les analystes, le gouvernement « Haradinaj 2 », numériquement fragile, risque de se briser comme du verre. La promesse du nouveau Premier ministre (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous