Kosovo-Serbie : le Royaume-Uni contre tout échange de territoire

|

Alors que les États-Unis font pression pour un accord à tout prix entre Belgrade et Pristina, le Royaume-Uni s’oppose, comme l’Allemagne, à ce que cette « paix définitive » passe par un échange de territoires.

Par la rédaction « On ne peut pas dicter le cours des choses, mais si l’accord est applicable et viable, nous le soutiendrons », a déclaré Kyle Scott, l’ambassadeur des États-Unis en Serbie. Pour Washington, il n’y a donc aucune « ligne rouge » dès lors qu’il s’agit de résoudre le problème du Kosovo. Selon l’ambassadeur, de nombreux éléments doivent faire partie de l’accord – relations économiques, statut de l’Église orthodoxe serbe, disparus, crimes de guerre... –, mais « la reconnaissance mutuelle doit en être au cœur ». De leur côté, Londres et Berlin se positionnent contre tout changement de frontière. Les parlementaires britanniques se sont (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous