Exode en Bosnie-Herzégovine : les écoles deviennent des maisons de retraites

|

En 2013, selon le recensement, la Bosnie-Herzégovine avait perdu plus du quart de sa population depuis 1991. Depuis 2013, l’exode de ses forces vives n’a cessé de s’accélérer. L’ampleur est telle qu’en Republika Srpska, des écoles fermées sont transformées en maisons de retraite.

Traduit par Bérengère Dambrine Le lycée général de Gradiška, tout au nord de la Republika Srpska, à la frontière avec la Croatie, perd des élèves chaque année. Les salles vides servent désormais de logements de fonction pour les professeurs. Quant à l’université privée Primus, qui accueillait depuis des années des étudiants de toute la région et des pays voisins, elle a fini par fermer en 2018, faute d’effectifs suffisants. Son propriétaire, Ranko Bakić, a décidé de reconvertir ces locaux en maison de retraite. « Nous avions de moins en moins d’élèves, et nous avons décidé d’utiliser ce grand bâtiment en centre-ville à d’autres fins », (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous