Bulgarie : élections et petits calculs politiciens par temps de Covid-19

| |

La Bulgarie est submergée par la troisième vague de la Covid-19, mais cela ne remettra pas en cause la tenue des élections législatives du 4 avril. Le très conservateur Premier ministre Boïko Borissov table sur la faiblesse de l’opposition pour faire passer une gestion erratique de la crise sanitaire.

Par Alexandre Lévy Dimanche 4 avril, ce sont des législatives bien particulières qui vont avoir lieu en Bulgarie : ceux qui iront voter – et, selon toutes les prévisions, ils ne devraient pas être très nombreux – choisiront les membres du prochain Parlement dans une ambiance plombée par une troisième vague particulièrement virulente de la Covid-19 qui s’est abattue sur le pays depuis le début de l’année. Cela fait plusieurs semaines déjà que l’actualité est dominée non pas par la campagne électorale, réduite à la portion congrue, mais par les annonces quotidiennes de décès par dizaines, d’hôpitaux pleins à craquer et d’une pandémie désormais hors (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous