Balkans : ceux qui soutiennent l’Ukraine et ceux qui se taisent

| |

Alors que la Russie masse ses troupes à la frontière ukrainienne, les pays des Balkans occidentaux ne sont pas à l’unisson sur la réaction à avoir en cas d’escalade du conflit, entre soutien à Kiev et silence embarrassé. En Croatie, la zizanie règne au sommet de l’État. Analyse.

Traduit et adapté par Chloé Billon (article original) Presque huit ans après l’annexion de la Crimée par la Russie et son soutien aux combattants séparatistes à l’est de l’Ukraine, l’ex-République soviétique est devenue le foyer du conflit entre l’Est et l’Ouest potentiellement le plus dangereux depuis la guerre froide. Dans les Balkans occidentaux, le Kosovo et la Macédoine du Nord (membre de l’Otan) ont apporté leur soutien à l’Ukraine. Les forces de sécurité kosovares se sont mises à la disposition des États-Unis, tandis que la Macédoine du Nord envisage la possibilité de participer au conflit en cas d’intervention de l’Otan. « Le déploiement (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous