Albanie : l’homosexualité supposée d’Enver Hoxha déchaîne toujours les passions

| |

Trente ans après, les révélations sur la présupposée homosexualité d’Enver Hoxha continuent d’agiter l’opinion publique albanaise. Une bataille des mémoires souvent grotesque autour de la personnalité du dictateur qui met en lumière la persistance d’un fort conservatisme moral dans l’Albanie d’aujourd’hui.

Par Louis Seiller C’était il y a trente ans, en novembre 1987, deux ans seulement après la mort d’Enver Hoxha. D’abord publiées dans la presse grecque, les « révélations fracassantes » sur la personnalité du dictateur albanais vont être rapidement reprises par la plupart des journaux italiens, de la Stampa au Corriere della sera, en passant par la Republicca. Titrée « Homosexuel, maniaque et meurtrier », l’interview choc d’Ilir Bulka, ancien employé de l’Agence télégraphique albanaise (ATA), ne va pas seulement agiter les médias étrangers. En Albanie, ces déclarations inquiètent le régime communiste mourant et donneront par la suite naissance à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous