Osservatorio Balcani e Caucaso

Le Monténégro et Njegoš : 200 ans de solitude ?

| |

Comment comprendre le Monténégro sans Njegoš, et comment comprendre Njegoš sans le Monténégro ? Le petit pays a célébré cet automne le deuxième centenaire de la naissance de Petar II Petrović Njegoš (1813-1851), prince, évêque et poète, une figure qui reste au coeur des débats et des polémiques identitaires, au Monténégro comme en Serbie. Božidar Stanišić revient sur ce « mythe » du Njegoš et sa nécessaire contextualisation.

Par Božidar Stanišić [1] Pour tenter de saisir la figure de Njegoš dans toute sa complexité, il faut s’affranchir de tout ce qui a été dit sur la « vérité » de son rôle politique, militaire et religieux. Avant tout, il faut revenir à la source, s’adonner à une lecture attentive de ses deux oeuvres majeures :Gorski Vijenac, La Couronne des Montagnes [2] et Luča mikrokozma, La lumière du microcosme. Le premier raconte le drame d’un petit peuple qui, convoité par de grandes puissances – d’abord l’Empire ottoman, pour qui le Monténégro constitue une perpétuelle source d’ennuis, puis l’Empire des Habsbourg et la Russie – et miné par des problèmes (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous