Osservatorio sui Balcani

La Macédoine a le vin triste

| |

Le vin est l’un des principaux produits d’exportation macédoniens. Mais la transition a mis le secteur à la dérive. En bas de l’échelle, ce sont les vignerons qui paient les pots cassés. Plus grave : la situation révèle combien la politique macédonienne manque de perspective agricole, un secteur pourtant essentiel pour l’intégration européenne.

Par Risto Karajkov Les Macédoniens ne sont pas de grands consommateurs de vin. Neuf litres par an et par personne. C’est bien en dessous de la moyenne des Slovènes, par exemple, qui en boivent soixante. Mais si les Macédoniens boivent peu de vin, ils en produisent beaucoup. L’exportation rapporte chaque année environ 30 millions d’euros au pays. En Macédoine, seuls le tabac, le textile et la viande d’agneau s’exportent aussi bien. Pour le vin, 80% de la production est destinée à l’étranger, essentiellement à l’Union Européenne (UE). Mais les conditions de cette production ne sont pas roses. La période de transition rend très difficile la vie des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous