Koha Jone

L’agriculture, le maillon faible de l’économie albanaise

| |

Charges trop élevées, absence de crédits bancaires, faiblesse des soutiens gouvernementaux : à l’heure où l’Albanie s’engage dans des accords de libre-échange avec les États voisins, la situation de l’agriculture albanaise est peu reluisante.

Par Feti Zeneli L’agriculture est traditionnellement l’un des domaines prioritaires de l’économie albanaise. En 1913, le Premier ministre Ismail Qemali demandait à deux figures connues de l’agriculture autrichienne de faire une étude pour le développement de ce secteur de l’économie albanaise, une étude qui allait conclure que l’Albanie était « éminemment agricole ». A l’époque du socialisme, le gouvernement a essayé de développer en priorité l’agriculture, avec des possibilités limitées, en partie à cause de la politique d’isolation. A l’ère de la démocratie, la politique d’ouverture n’arrive toujours pas à fournir des moyens techniques et organisationnels à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous