Le Courrier des Balkans

Journée de mobilisation en Grèce : la santé et les transports en grève

| |

Jeudi, les hôpitaux étaient fermés, les navires et les ferries sont restés à quai, les trams et les bus n’ont pas circulé. Depuis la mi-janvier, les travailleurs du métro d’Athènes étaient déjà en grève pour s’opposer à la diminution dès leurs salaires et à l’abolition des conventions collectives. Les mesures de réquisition prises par le gouvernement n’ont fait qu’amplifier la mobilisation.

Par Ermal Bubullima Le matin du 24 janvier, la police anti-émeute a pris position pour évacuer les locaux administratifs du métro d’Athènes. Le gouvernement avait décidé de mettre fin à la grève en ayant recours à la mesure extrême de la réquisition, « en raison des graves dangers pour la santé et l’ordre public provoqués par le blocage des transports en communs ». Retrouvez notre dossier : Crise et austérité en Grèce : une histoire sans fin ? Les militants des partis de gauche ont appelé les ouvriers à déchirer les ordres de réquisition civile et à poursuivre la grève. Les salariés se sont finalement repliés face à la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous