Kathimerini

Grèce : un gouvernement d’équilibristes

| |

Le nouveau gouvernement grec, formé grâce à l’alliance de Nouvelle-Démocratie, du Pasok et de la Gauche démocratique, marche déjà sur des œufs. Au sein de chacun des partis, les équilibres sont fragiles et menacent de se disloquer à la première des secousses. C’est dans ce contexte que le nouveau gouvernement doit se rendre à Bruxelles pour réexaminer l’accord de prêt. Parmi les sujets à discuter : diminution des impôts, aides supplémentaires aux démunis et aux chômeurs, gel des licenciements dans le secteur public...

Par Konstantinos Zoulas et Angélos Stangos Cela peut sembler paradoxal, mais, plus encore que les frictions prévisibles entre les trois alliés gouvernementaux (Nouvelle-Démocratie, Pasok et Gauche démocratique), la réussite ou l’échec du nouveau gouvernement se jugera aux équilibres qui pourront être maintenus ou non par les chefs des trois partis concernés au sein de leurs formations respectives. Cette tension s’est déjà vérifiée avant même la constitution du conseil des ministres, quand des cadres haut placés à Nouvelle-Démocratie, au Pasok et dans la Gauche démocratique n’ont pas caché leurs sérieux désaccords sur la façon dont leurs leaders (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous