Protothema

Grèce : le plan d’austérité met à l’épreuve la coalition gouvernementale

| |

La « troïka » revient ce vendredi en Grèce. Au menu : recapitalisation des banques grecques et mise en place du mécanisme de supervision bancaire européen. Le Premier ministre conservateur Antonis Samaras entend bien satisfaire les exigences d’austérité de l’UE et du FMI, mais les désaccords se multiplient au sein de la coalition gouvernementale, tandis que les mouvements sociaux s’étendent aux forces de l’ordre, à la justice et à l’armée.

C’est en pleine tourmente, au milieu de mouvements sociaux et de désaccords politiques, que le Premier ministre Antonis Samaras s’apprête à finaliser le paquet de mesures qu’il considère comme douloureux mais nécessaire pour sauver le pays, et à accueillir des représentants de la « troïka » (UE, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international), en visite à Athènes ce vendredi. L’élaboration de ce paquet se fait dans un climat politique particulièrement lourd. Même si leur volonté est de contribuer à ce que le pays réalise ses engagements envers la « troïka », le Pasok et Dimar (Parti socialiste et Gauche démocratique qui, avec Nouvelle-Démocratie, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous