To Ethnos et Makedonia

Cinéma en Grèce : quand la caméra ausculte une société en crise

| |

Athènes brûle, et un jeune homme cherche à sauver son canari. Un père prostitue les migrants des Balkans, puis ses propres enfants. On enlève les bébés dans les maternités. Le cinéma grec contemporain renvoie les images fragmentées d’une société en crise. Le 53e Festival de Thessalonique est l’occasion de faire le point sur une production en phase directe avec les questionnements qui agitent la Grèce.

Par Alexis N. Dermentzoglou Le festival de cinéma de Thessalonique attend (lui aussi) le versement attendu par la troïka de la tranche de 31,5 milliards d’euros pour combler le trou dans sa caisse laissé par l’organisation en 2009 des festivités du cinquantième anniversaire du festival. La 53e édition, qui a ouvert ses portes vendredi 2 novembre et s’achèvera le 11 novembre, présente une sélection de 150 films, soit un nombre en recul par rapport aux années précédentes, mais s’annonce malgré tout très riche. Un hommage sera rendu à Théo Angelopoulos et trois de ses films seront projetés. Le festival aura l’honneur d’accueillir le réalisateur (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous