Vreme

Joca Amsterdam et les filières du crime organisé : combien de cadavres dans les placards serbes et bulgares ?

| |

L’arrestation à Belgrade, en avril dernier, de Sreten Jocić, alias « Joca Amsterdam » va peut-être permettre de mettre à jour certaines filières majeures du crime organisé. Les premières révélations de Joca Amsterdam, qui a longtemps séjourné en Bulgarie avant d’être extradé vers les Pays-Bas en 2002, ont directement mis en cause Bojko Borisov, actuel maire de Sofia et grand favori des élections législatives du 5 juillet, qui était un des chefs de la police bulgare au moment de l’arrestation de Joca...

Par Dejan Anastasijević La procédure normale a été suivie : les empreintes ont permis de constater qu’il s’agissait bien de Sreten Jocić, et non pas de Marko Milosavljević comme son passeport l’indiquait. Il a été placé en détention pour faux documents, puis extradé vers les Pays-Bas. Ses avocats ont porté plainte en essayant de trouver des moyens d’empêcher son départ. Ni Bojko Borissov, ni Rumen Milanov n’ont voulu confirmer ou démentir ce qu’a écrit la presse bulgare : Sreten Jocić offrait énormément d’argent pour être libéré, proposant même de payer la dette extérieure bulgare. « Nous étions informés qu’une très grosse somme avait été collectée (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous