Le Courrier des Balkans

Ismail Kadaré n’a pas eu le Prix Nobel

Nous sommes nombreux qui attendons, depuis longtemps déjà, qu’Ismail Kadaré soit finalement couronné par le Prix Nobel de littérature. Ses œuvres principales ont parcouru le monde, en plus de trente langues, dès les années soixante et soixante-dix du siècle précédent.

Par Predrag Matvejevic Le Général de l’Armée morte, Les Tambours de la pluie, Le Pont aux trois arches, Le grand hiver, Chronique de la ville de Pierre, Pyramides et certains autres chefs d’œuvres ont fait découvrir un génie au sein d’un État qui fut longtemps opprimé par un régime obscur, cruel, le plus totalitaire et tortionnaire qu’on puisse imaginer. Kadaré était devenu pour certains d’entre nous une lumière inattendue dans la nuit est-européenne, balkanique, albanaise. La renommée de l’auteur, acquise depuis plus de trente ans, ne posait pas problème. Mais le Comité de prix Nobel se posait la question du comportement de l’auteur dans l’Albanie (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous