Les femmes des Balkans prennent la caméra (3/5) | Teona Strugar-Mitevska, exploratrice de la transition macédonienne

| |

Dans ses films, la réalisatrice Teona Strugar-Mitevska interroge les questions de société qui traversent la Macédoine post-indépendance : la transition économique délicate, le patriarcat, la religion et les questions environnementales. Entretien.

Traduit par Ivana Magdenoska Avec son second long métrage, Je suis de Titov Veles, la jeune réalisatrice macédonienne Teona Strugar-Mitevska s’ouvre les portes de festivals reconnus. S’il raconte l’histoire de trois sœurs, le film élargit son propos à des questions politiques macédoniennes - le problème du régime des visas, la crise économique, la fuite des macédoniens de l’Égée... La première du film a eu lieu au Festival de Sarajevo en août. Je suis de Titov Veles, coproduction franco-belgo-slovéno-macédonienne, y a reçu le prix spécial du jury. Le film a ensuite été projeté au Festival de Toronto, l’un des principaux festivals de cinéma (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous