Turquie : le difficile décompte des prisonniers d’opinion

| |

Combien sont-ils à croupir derrière les barreaux en Turquie, condamnés sous des prétextes fallacieux ou attendant leur procès depuis des années ? Malgré les condamnations répétées de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), les prisons turques sont toujours bien remplies. Les explications de Tarik Beyhan, d’Amnesty International Turquie.

Par Claire Corrion Le 14 avril dernier, le journaliste et écrivain Ahmet Altan était libéré de prison. Ce dernier était incarcéré depuis 2016, mais la Cour de Cassation a annulé sa condamnation à dix ans et demi de prison pour « assistance à une organisation terroriste ». La veille, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) avait sévèrement condamné la Turquie pour cette détention. « Rien ne démontre que les actions du requérant se soient inscrites dans un plan destiné à renverser le gouvernement », ont souligné les magistrats européens. La CEDH avait déjà condamné la Turquie pour les détentions du philanthrope et homme d’affaires Osman (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous