Slovénie : après l’exode des Italiens, l’identité déchirée de l’Istrie

| |

En Slovénie, le mot « exode » est toujours tabou, alors que la population italienne a massivement quitté l’Istrie après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les villes d’Izola, Koper et Piran se sont « slovénisées », mais restent toujours en quête d’identité, plus de 75 ans après.

Traduit par Jad (article original) Ils sont partis parce qu’ils étaient fascistes, ils sont partis pour des raisons économiques, ils sont partis parce qu’ils étaient uniquement venus « italianiser » les terres slovènes, ils sont partis de leur plein gré, à moins encore qu’ils n’aient été poussés à le faire par la propagande italienne, ils sont partis parce qu’ils ne pouvaient pas accepter de ne plus être aux commandes. Dans le récit slovène dominant du grand nettoyage ethnique de l’Istrie et des autres régions passées sous administration yougoslave, il y a mille et une manières de dire que les Italiens n’ont pas été expulsés et qu’ils ont en fait (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous