1991, dernier été de la Yougoslavie (10/11) • Le siège de Dubrovnik et le déshonneur du Monténégro

| |

1er octobre 1991. Embarqué aveuglément dans la politique meurtrière de Belgrade, le Monténégro se prépare à bombarder Dubrovnik, la « perle de l’Adriatique ». Le siège dure près de huit mois et s’achève en mai 1992. À Cetinje, la capitale historique du Monténégro, la résistance s’organise. Trois décennies plus tard, le pays a encore du mal à se confronter à ce passé sanglant. Récit de notre correspondante.

Par Jasna Tatar Anđelić Il faut dire que la campagne guerrière de 1991 n’était pas soutenue par l’ensemble du cadre de commandement monténégrin. À titre d’exemple, de nombreuses preuves indiquent que le contre-amiral Krsto Đurović a été tué en 1991 par les membres de l’armée yougoslave à Konavle parce qu’il refusait de commander l’opération Dubrovnik. Les circonstances de sa mort n’ont jamais été élucidées. L’amiral Vladimir Barović, lui aussi monténégrin, s’est suicidé sur l’île de Vis le 19 septembre 1991 pour se soustraire à l’ordre de bombarder les villes dalmates. Il avait laissé une lettre expliquant que l’agression contre la Croatie était contraire à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous