Serbie : l’opposition et le boycott des élections, une voie sans issue ?

| |

Dans la rue depuis plus d’un an contre le régime d’Aleksandar Vučić, l’opposition est bien décidée à boycotter les élections législatives qui doivent avoir lieu au printemps. Mais cette stratégie ne risque-t-elle pas de la mener dans une impasse ? En guise de débat, les voix critiques sont immédiatement taxées de « trahison ». Analyse.

Traduit par Milica Čubrilo-Filipović (article original) La fièvre électorale secoue déjà le pays. D’ici quelques semaines, des scrutins législatifs et locaux seront organisés. La loi stipule que les élections législatives doivent avoir lieu au plus tard 30 jours avant l’expiration du mandat des actuels députés. Autrement dit, elles devraient se tenir au plus tard le 3 mai. Cependant, contrairement à la fièvre électorale habituelle, dont l’enjeu est de savoir qui obtiendra plus de votes et de sièges à l’Assemblée, cette année, c’est la question de participer ou pas aux élections qui agite l’opinion. Le boycott des élections, revendiqué par le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous